Crowdfunding, l'ultime recours du musée de la BD d'Angoulême pour une oeuvre

Orianne Vialo - 13.05.2016

Edition - Economie - Les Aventures de Rosalie - crowfunding rénovation BD - musée de la BD financement participatif


Le musée de la BD d’Angoulême s’est mis au financement participatif, mais pour une cause qui lui est chère : la restauration d’une des œuvres les plus précieuses du musée. En effet, l’équipe du musée de la bande dessinée d’Angoulême et la Cité internationale de la bande dessinée et de l’image manquent d’argent pour lancer cette vaste campagne de restauration pour sauver les 33 planches originales des Aventures de Rosalie (1946, éd. Gallimard Jeunesse) d’Edmond-François Calvo.

 

 

 

Dessinées à l’encre de Chine, gouache et aquarelle, ces planches originales des Aventures de Rosalie sont devenues la propriété du musée de la BD pour la coquette somme de 40.000 €. Mais voilà, moins de cinq ans après avoir été acquises, les planches ont besoin d’un petit coup de jeune.

 

C’est pourquoi le musée de la bande dessinée d’Angoulême a tenté le tout pour le tout en lançant une campagne de crowdfunding destinée à financer la mise à jour des planches d’Edmond-François Calvo.

 

Dans la description rattachée au projet sur J’adopteunprojet.com, l’on peut lire : 

 

"Cette opération de restauration nous est indispensable pour garantir la bonne conservation du receuil, et pour pouvoir le présenter dans les meilleures conditions possibles au public d'aujourd'hui et aux générations futures !" 

 

 

La Cité de la BD a misé sur la générosité des donateurs — elle espère recueillir 12.000 € jusqu’au 9 août 2016 sur la plateforme j’adoteunprojet.com — et sur la somme allouée par le mécénat d’entreprises (somme s’élevant à 24.000 €) pour atteindre l’objectif de 36.000 €, qui représente le coût total de la rénovation des planches des Aventures de Rosalie.   

 

Pour le musée de la BD, Rosalie est « un trésor pour le musée » en raison des personnages si particuliers de Calvo. En effet, chacun d’entre eux, qu’il s’agisse d’animaux ou d’objets, ses personnages adoptent des attitudes et des sentiments humains contrastant complètement avec ses véritables personnages humains, qui sont plus caricaturaux.

 

Ces planches retracent l’histoire de la vieille automobile Rosalie qui raconte sa douce jeunesse, ses amours et sa vie durant la Première guerre mondiale aux autres voitures et outils qui vivent dans le même garage qu’elle. 

 

(via toutelabd.com)