Cruel manque de bibliothèques dans les écoles de Philadelphie

Julien Helmlinger - 04.12.2014

Edition - Bibliothèques - Philadelphia Public Library - Campagne - Bibliothécaires


La semaine dernière, la bibliothèque publique de la ville de Ferguson, devenue un véritable refuge en cette période de manifestations, recevait de nombreux dons de la part des internautes. Au total, en une semaine à peine, la somme s'est élevée à hauteur de 300.000 $. Mais les regards se tournent désormais vers Philadelphie, car tandis que la ville recensait 176 bibliothécaires certifiés dans ses écoles, en 1991, ils ne seraient plus que 11, dont 5 qui se borneraient aux tâches que l'on attend de la profession, faute de moyens et de temps.

 

 

 

 

Aux États-Unis, le district scolaire de Philadelphie est classé huitième en ordre d'importance, mais aujourd'hui, on y dénombrerait 80 % d'établissements publics déplorant ne pas bénéficier d'un service de prêt fonctionnel. Or, il a été démontré par diverses études que le fait de ne pas disposer d'un service de bibliothécaires certifiés au sein d'une école porte par la suite préjudice à la scolarité de ses élèves, à leurs niveaux de lecture comme d'écriture, et en particulier aux plus défavorisés d'entre eux. 

 

En conséquence, la West Philadelphia Alliance for Children (WePac), organe de promotion de la lecture et de l'alphabétisation, qui entend rendre leur staff qualifié aux écoles élémentaires, a lancé sa campagne. L'objectif de récolte de fonds a été humblement fixé à hauteur de 25.000 $, et la campagne de dons a permis d'en récolter environ 70 %, à ce jour.

 

Par ailleurs, l'organe à but non lucratif a d'ores et déjà rouvert quelque 17 bibliothèques d'écoles élémentaires qui avaient été fermées auparavant, et s'occupe actuellement de 12 établissements de prêt dans l'Ouest et le Sud-Ouest de Philadelphie. Un service totalement gratuit pour les écoles ou l'administration scolaire, financé exclusivement par des deniers privés.