Cuba Libro : première librairie anglophone à La Havane

Nicolas Gary - 10.08.2013

Edition - Librairies - Cuba Libro - La Havane - Cuba


La guerre froide finirait-elle par prendre fin ? Depuis le début de la semaine, la première librairie anglophone de Cuba accueille les lecteurs, avec un café et un espace de salon littéraire, en plein coeur de La Havane. Venir feuilleter, bouquiner et acheter livres ou magazines dans la langue de Shakespeare est désormais possible. 

 

 

 

 

Le concept est né dans l'esprit d'un expatrié américain, résidant à Cuba depuis une dizaine d'années. Il s'est lancé avec 300 livres et des mensuels, le genre de sélection que l'on retrouverait dans un bed & breakfast. Mais en regard de ce qui est disponible sur l'île, cela ressemblerait aux fonds de la Bibliothèque du Congrès, estime l'Associated press. 

 

Conner Gory a emménagé en 2002 sur l'île, et ce journaliste savait quelles étaient les difficultés à importer des livres anglais. Il a pourtant lancé sa librairie Cuba Libro, un jeu de mots amusant, à mettre en relation avec le cocktail Cuba Libre, mélangeant rhum et coca. Voilà deux ans, en considérant un sac contenant une trentaine de livres, et se demandant ce qu'il allait pouvoir en faire, l'idée de la librairie a germé.

 

Pour constituer son stock, il a commencé par accueillir des dons, avec beaucoup de traductions de discours du Che ou de Fidel Castro, ou encore des documents dénonçant le comportement des États-Unis. Et d'autres choses sont venues, quand il a recueilli d'anciens numéros de magazines comme le New Yorker ou Rolling Stone. Aujourd'hui, l'offre est encore assez humble, avec ses 300 titres 

 

Cuba Libro a pu voir le jour en dépit des relations tendues entre les USA et Cuba : les embargos économiques empêchent en effet les citoyens américains d'entretenir des relations commerciales avec le gouvernement cubain. « J'ai dû marcher sur des oeufs, navigant à vue avec tout ce qui est juridique, parce que je suis un Nord-Américain, et que je suis assujetti aux lois américaines. Et si je ne suis pas d'accord avec elles, je dois m'y conformer. »

 

C'est ainsi qu'il a pu ouvrir son commerce de livres, uniquement d'occasion, seul moyen de respecter les consignes. Profitant également de l'enthousiasme cubain pour le livre - la populaire Foire annuelle, qui se déroule en février à La Havane en est la preuve - et de ce que les citoyens sont de plus en plus désireux d'apprendre l'anglais, Corry s'est ouvert un petit boulevard. 

 

Pourtant, tout n'est pas rose : importer des livres depuis les États-Unis est particulièrement compliqué, et obtenir des dons ne sera pas chose aisée avec le temps.