Culture & Compagnies, faire se rencontrer les investisseurs et la BD

Antoine Oury - 27.01.2015

Edition - Economie - Culture et Compagnies - société d'investissement - levée de fonds BD


Derrière eux, on trouve le modèle économique de la Revue Dessinée, journal papier associant reportages et bande dessinée, et Culturebd, site d'actualité et d'information. Arnaud Bertin, Nicolas Gouju et Patrick Bignier annoncent aujourd'hui la création de Culture & Compagnies, une société d'investissement créée pour aider au développement économique des concepts innovants.

 

 

Finance-Money-Payment-EURO-ECB-EZB

(FuFu Wolf, CC BY 2.0)

 

 

Les trois compères, issus du monde de la finance, se sont retrouvés sur différents projets : Nicolas Gouju a créé Culturebd, où Arnaud Bertin et Patrick Bignier ont rapidement investi. Ensemble, ils ont affiné le modèle économique de la Revue Dessinée, jusqu'à l'investissement de Gallimard. Culture & Compagnies, en société d'investissement, vient répondre à une certaine attente du milieu.

 

« Plusieurs fois, des investisseurs nous ont fait part de leur envie d'investir dans l'entrepreneuriat, et particulièrement dans le domaine culturel, et celui de la bande dessinée. Avec en perspective le développement des sociétés et les avantages fiscaux associés à ce type d'investissement », explique Nicolas Gouju, cofondateur de la société d'investissement.

 

Culture & Compagnies, dirigée par Arnaud Bertin, aura donc pour vocation de relier le milieu de la finance à celui de la bande dessinée, « en apportant un accompagnement stratégique, les réseaux de la bande dessinée, ceux des start-ups et des investisseurs, pour que les entreprises se développent mieux ». « Nous avions découvert la Revue Dessinée il y a trois ou quatre ans, à Angoulême », explique Nicolas Gouju, « et nous voulons faire de même avec des sociétés innovantes, ou qui veulent franchir une étape dans leur développement, avec une prise de participation ».

 

Les financements alternatifs, au sein de la bande dessinée, se limitent souvent à la collecte de fonds. La société d'investissement est susceptible de s'intéresser à tous les sujets, mais ne fera pas d'édition à titre individuel, et se concentrera sur le développement économique d'une vision entrepreneuriale, de « business models qui peuvent changer la donne ».

 

« L'édition pure de bande dessinée est confrontée au problème de la surproduction, et présente de nombreux points de fragilité, comme le montre le rapport de Gilles Ratier. Mais les investisseurs sont attirés par le monde culturel et celui de la BD, avec des tickets à 10, 15, 20.000 €. Mais aussi à 50.000 ou 80.000 € parfois », explique Nicolas Gouju.

 

Les espèces sont là, sonnantes, ne reste plus qu'à ne pas trébucher : « La Revue Dessinée est un concept très innovant, et les espérances du business plan de la première année ont été largement dépassées, avec un objectif initial multiplié par deux. Nous pouvons apporter la bonne vision stratégique, aller chercher les bonnes institutions, les bons avocats, pour des créateurs. » Les investissements via le mécénat d'entreprise ne seront pas l'objet de Culture & Compagnies, qui s'intéresse uniquement aux investissements à titre individuel.

 

Le moment pour investir semble opportun : le numérique bouleverse le paysage, les enveloppes du Centre National du Livre diminuent, quand une certaine efficacité est demandée aux projets soutenus. La « loi Macron », sur un plan administratif, « va simplifier la création d'une entreprise, et l'investissement des individus dans les entreprises. Beaucoup d'amendements vont s'ajouter, mais cette loi apporte des simplifications bienvenues », estime Nicolas Gouju, qui attend à présent les décrets opérationnels de ces différentes mesures.

 

De premiers rendez-vous, pour ceux qui souhaiteraient présenter des projets, seront organisés à l'occasion du Festival International de la Bande Dessinée d'Angoulême. Écrire à angouleme2015@culture-et-compagnies.fr, ou voir le communiqué de presse ci-dessous.

 

  Culture & Compagnies, société d'investissement pour la bande dessinée by ActuaLitté