Curiosa & Caetera : la curiosité n'est plus un vilan défaut

Clément Solym - 13.01.2011

Edition - Les maisons - curiosa - collection - curiosités


Une nouvelle collection a vu le jour voilà quelque temps au Castor Astral. Elle est dirigée par Éric Poindron, homme vivant loin de la vitesse parisienne, mais au coeur de livres insolites.

Fondateur des Éditions du Coq à l'Ane, en 1996, cet amoureux des livres-objets reconnaît être « un fêlé ou un féru d'informatique », mais préférer tenir un livre à l'ancienne dans ses mains. Des contraintes logistiques à Reims ont contraint la maison à fermer. Et puis voilà deux ans, c'est avec le Castor Astral que l'étincelle jaillit et met le feu aux poudres.

« C'est avant tout l'envie de créer une collection regroupant un champ très vaste de livres. C'est devenu Curiosa & Caetera ». Selon l'éditeur : « Parce que la curiosité n’est jamais un vilain défaut, la collection éditera et rééditera des ouvrages méconnus, insoupçonnables ou iconoclastes. Objets littéraires illustrés à la facture soignée et à la typographie raffinée, les “Curiosa”, tour à tour cocasses, coquins ou cocanesques, réconcilieront les amateurs de bibliophilie et les curieux avides de textes insolites. »


Trois ouvrages sont déjà disponibles, offrant un panel très vaste. Nicolas Millet, avec Petite encyclopédie du cannabis a ouvert le bal d'une série bigarrée d'encyclopédies sur des thèmes variés. « D'autres sont prévues, mais celle-ci a déjà intéressé des médecins, parce que le sujet est sensible et intéresse. Il ne s'agit pas d'encourager à la consommation du cannabis, mais de rassembler des informations sur le sujet. »

Pour Le Paradisier, de Frédéric Clément, « nous avons voulu jouer sur le côté carnet Moleskine, tout en ajoutant une petite dimension numérique, avec la publication d'une vidéo ».


Le dernier ouvrage, Brefs de Georges Koleba, est un recueil d'une centaine de récits, pour déjouer la morosité ambiante et animer les zygomatiques. On pourra retrouver les ouvrages cette collection sur le site du Castor Astral.

La collection dispose aussi d'un blog dédié.

Sinon, les petits billets d'Éric Poindron sont publiés sur son site.