medias

D'ici 2015, deux fois plus de réseaux sociaux pour les éditeurs

Antoine Oury - 17.04.2013

Edition - Société - communauté numérique - fanbase - éditeurs


Une étude de l'institut de recherche Bowker, intitulée The Campaign Revolution: New Models for Reaching Reader Communities, se penche sur le devenir des communautés en ligne, qu'elles se trouvent sur Facebook, Twitter ou d'autres réseaux sociaux. Et souligne que l'utilisation de ces réseaux pour déterminer les tendances, les souhaits ou entretenir la flamme des lecteurs s'avère indispensable.

 

 

Social network in a course

hanspoldoja, CC BY 2.0

 

 

Dévoilée dans le cadre de la London Book Fair, la nouvelle étude de Bowker se base sur les réponses des éditeurs à la fois américains et anglais, qui disposent déjà pour les 2/3 d'une fanbase, ou communauté de fans, sur les réseaux. Bien leur en a pris, car ce mode de communication devrait connaître un essor considérable, et engager de plus en plus de lecteurs.

 

Pour le moment, note Bowker, les éditeurs grand public se sont appropriés les réseaux d'une manière plus rapide que leurs confrères scientifiques ou de la recherche, notamment à des fins commerciales, et chaque éditeur en posséderait en moyenne 2 à son seul bénéfice. 84 % des éditeurs s'attendent logiquement à une hausse de leur audience sur ces mêmes réseaux, et 64 % constatent que leurs investissements en la matière ont payé. Ce qui en pousseraient pas mal à multiplier les réseaux, avec une moyenne de 4 à 7 pour chaque éditeur d'ici 2015.

 

En somme, rien que de la satisfaction en matière de relations clientèle, facilité par la rapidité et la clarté des réseaux sociaux. Toutefois, dans le domaine commercial, les jugements sont plus nuancés : 16 % seulement des interrogés considèrent les réseaux sociaux comme un canal de vente, bien que ses effets en la matière ne soient plus à démontrer : ce sont ainsi 67 % des publications scientifiques et 40 % des publications grand public qui ont bénéficié du fameux effet viral.

 

« Il s'agit de la première grande étude en la matière et les résultats sont significatifs : ils prouvent que les éditeurs ont quitté la phase de test, expérimentale, et considèrent désormais les communautés en ligne comme un outil efficace qui fait totalement partie de leur stratégie marketing », estime Jane Tappuni, directrice du développement commercial chez Publishing Technology.