Daedalus, l'éditeur anglais, reprendra son vol

Clément Solym - 11.03.2008

Edition - Economie - Daedalus - éditions - council


Le modeste éditeur indépendant, acclamé pour ses traductions de travaux inconnus du public anglophone s’est retrouvé dans une situation financière désespérée, assez proche de la situation qu'a connue Arcadia. Le Conseil des Arts anglais lui avait en effet retiré un financement le mois dernier. Le retrait de cette subvention annuelle de 25.000 £ menaçait la pérennité de l’opération, et le directeur général Éric Lane prévoyait de poursuivre le Conseil en justice.

Une aide bien méritée, mais menacée

L’aide s’est matérialisée sous la forme d’une subvention équivalente de la part du groupement d’édition Informa, avec l’autorisation de Taylor & Francis et sa filiale Routledge. Le financement se poursuivra pendant les deux prochaines années. L’éditeur restera complètement indépendant d’Informa, qui a remis cette subvention par l’intermédiaire de son programme de responsabilité d’entreprise. Les explications récentes du Council n'ont donc pas été suivies.

Éric Lane s’est félicité du geste en déclarant que le parrainage permettrait de revigorer l’entreprise. « D’un point de vue financier, ils nous ont permis de rester dans la position dans laquelle nous aurions été si la subvention prévue avait été maintenue. Cela veut également signifier que nous n’avons pas à perdre du temps sous une masse incalculable de paperasserie et enjeux politiques avec une organisation qui veut nous voir tomber. »

Ô temps, reprends ton vol

Dedalus va donc poursuivre avec son agenda de publication de fictions traduites du danois, estonien, flamand, français, allemand, portugais et espagnol, ainsi que toutes ces fictions anglophones originales. Le programme nous explique Lane, prévoit de rendre Dedalus aussi indépendant que possible, et inclut même une assistance concrète de la part des équipes techniques de Routledge.

Le directeur général de Taylor & Francis, Jeremy North a affirmé au journal Bookseller que leur programme était « un excellent moyen de redonner quelque chose à la communauté littéraire grand public et celle intellectuelle de l’édition. ». En ajoutant « Informa prend sa responsabilité sociale d’entreprise très au sérieux. C’est une part très importante de ce qu’Informa représente. »