Danielle Steel ulcérée par les hommes qui méprisent son travail

Nicolas Gary - 11.08.2013

Edition - International - Danielle Steel - insultes - hommes machos


Danielle Steel, en matière de meilleures ventes n'a rien à prouver. Elle détient le titre de meilleure vendeuse vivante, et de quatrième plus grande vendeuse de tous les temps. Mais le succès passé ne fait pas long feu face à l'enthousiasme et la vitesse modernes. Et dans un billet posté sur son blog, voilà qu'elle fait un petit point sur sa carrière.

 

 


 

 

Elle explique qu'elle est malade littéralement de que ce les hommes, et seulement eux, lui posent en permanence la question : « Alors, vous continuez d'écrire ? » Une réflexion très contrariante assure-t- elle, qui la met « très mal à l'aise », vis-à-vis du succès qu'elle a pu connaître. Désagréable, et un peu dégradant aussi.

 

C'est-à-dire que poser la question revient à ne pas avoir consulté la liste des meilleures ventes du New York Times depuis des années explique-t-elle. « Oui, je suis TOUJOURS en train d'écrire. » Et ce type de remarque semble relayer son activité d'auteure au rang de simple passe-temps, comme si l'on demandait où en sont des leçons de piano, si le tricot est encore d'actualité, ou si vous faites toujours des croix gammées en macramé etc.

 

« C'est un métier que j'aime, et je le fais depuis 19 ans. J'ai été dans le livre Guinness des records à plusieurs reprises pour un livre qui est resté durant un nombre de semaines consécutives plus grand que n'importe qui. Oui, pour l'amour du ciel, je suis toujours en train d'écrire. C'est mon travail, mon activité, c'est comme ça que ma famille mange et va à l'université. »

 

Alors ce genre de réflexions, messieurs, gardez-les : cela a quelque chose de sexiste, d'insultant et surtout dévalorisant. Or, les femmes ne posent jamais cette question. Ce qui est encore plus insultant, c'est le sous-entendu : « Ils suggèrent que je suis trop vieille pour écrire. » 

 

L'autre commentaire, particulièrement ridicule :  « Vous avez un agent ? Bien sûr j'ai un agent, j'ai écrit 130 livres qui se sont vendus dans 69 pays, en 43 langues. Ils pensent peut-être que j'ai écrit à la main des lettres à des éditeurs à travers le monde pour vendre mes livres ? » Elle fulmine, la Steel, mais elle a raison. Que penseraient ces hommes si elle leur demandait s'ils sont toujours avocats, médecins ou chirurgiens du cerveau ? « Les hommes que la réussite des femmes dérange cherchent un moyen de les rabaisser. Et quelle meilleure façon d'insulter quelqu'un qu'en minimisant ce qu'il fait ? »

 

Alors oui, qu'on se le dise : Danielle Steel écrit toujours, elle est bien vivante, elle vend toujours des livres. Et elle est sacrément remontée. « Mesdames, méfiez-vous des hommes qui n'apprécient pas le travail que vous exercez, et font des commentaires désagréables. Et, messieurs, soyez aimables, et s'il vous plaît ne faites pas de genre de commentaires sur notre travail. Laissez-nous tranquilles. Et oui, j'écris TOUJOURS. »

 

Aujourd'hui, Danielle Steel a 65 ans, et si la phallocratie n'est pas encore renversée, elle compte tout de même dans le classement des auteurs les mieux payés au monde.