Dans la bibliothèque de Karl Lagerfeld

Clément Solym - 22.08.2012

Edition - Bibliothèques - Karl Lagerfeld - Le Nouvel Observateur - Obsession


« De ma vie je n'ai jamais fait que lire et dessiner », dixit Karl Lagerfeld, qui se raconte en lecture lors d'un entretien avec le journaliste Olivier Wicker, pour le magazine Obsession du 23 août. Le hors-série du Nouvel Observateur invitait les abonnés dans la bibliothèque du couturier. À ne refuser sous aucun prétexte sinon le plaisir de lire.

 

 

 

Le Larousse 2009, illustré par Lagerfeld

 

La lecture est une maladie naturelle chez le créateur de mode. Les premiers symptômes se sont révélés précoces, puisqu'à l'âge de 6 ans, avant même d'aller à l'école, il parlait et lisait déjà l'anglais, le français et l'allemand.

 

Quand il était petit garçon, Karl Lagerfeld snobait le temps, dans la bibliothèque de ses parents. Avec une maman philosophe de préférence plutôt que de profession, et un père, passionné par l'histoire des religions, voilà comment Karl s'est attardé sur les pages d'un Theilard de Chardin, d'Ortega y Gasset et des auteurs démodés comme Romain Rolland.

 

Évidemment, il ne fallait pas s'attendre à ce que Lagerfeld balance un Michel Onfray en référence, ou Bernard Henry Lévy, fussent-ils ses auteurs préférés. Non, en matière de littérature, il préfère le charme désuet des auteurs peu connus. Une Germaine de Beaumont fait largement l'affaire, plutôt inconnue au bataillon que reconnue.

 

Mais c'est qu'à force de lire, on finit par tomber sur des oiseaux rares, pour lui qui ne pouvait pas passer son bac à l'âge de 14 ans, parce que les lois de son pays interdisaient de le passer avant 18 ans. Une curiosité qui ne connaît donc pas de limites et c'est à se demander si derrière les lunettes noires ne se cache pas une ne machine : « Je peux lire 10 livres à la fois dans 3 langues différentes, le soir et le matin. » Il pouvait le dire, si en réalité il s'éternise à lire et relire les mêmes vers.

 

Mais il n'en est rien et le dernier livre en date qu'il a lu s'intitule Marie-Claire de Marguerite Audoux, « Je trouve le personnage très touchant et je l'ai découvert grâce à une réédition populaire. C'est assez bien écrit, mais ça date ». Elle est l'auteure d'un autre roman publié après la Première Guerre mondiale qui s'intitule L'Atelier Marie Claire. « C'est la Germaine Beaumont du pauvre, personne ne la connaît, elle est pourtant géniale. »

 

 « J'aime connaître les personnes que les autres ne connaissent pas, j'aime la mode, le superficiel, mais la littérature, c'est un petit fond de commerce que je me réserve, en fait je suis un vieux prof de lettres, sauf que je ne donne pas de leçon ». Pour un peu Lagerfeld passerait presque pour le Walter Benjamin de la lecture.

 

Et l'entretien d'Obsession est de circonstance, puisque le 12 juillet dernier sortait son parfum Paper Passion (voir notre actualitté) : « Il n'y a pas meilleure odeur au monde, que celle d'un papier fraîchement imprimé ». Et les livres imprimés sur carré de soie c'est pour quand ? Avec une collection de 300 000 ouvrages (voir notre actualitté), il partage le top des plus grandes bibliothèques de célébrités, avec Diane Keaton, Nigela Wilson ou encore Mickael Jackson.

 




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.