Dans le Bronx, la fermeture prochaine d'une librairie

Nicolas Gary - 05.11.2016

Edition - Librairies - Bronx fermeture librarie - Barnes Noble libraire - Baychester librairie New York


On compte à peine 200.000 personnes dans le quartier du Bronx de moins que dans Manhattan. Mais dans ce dernier, près de 90 librairies étaient en activité en 2014. Et avec la fermeture d’un établissement Barnes & Noble, la population s’inquiète terriblement de son avenir.

 

 

 

Dans quelques moins, l’arrondissement new-yorkais qui compte 1,5 million d’habitants, perdra l’enseigne B & N, qui avait ouvert en 1999. Un coup dur pour ce quartier qui connaît une véritable renaissance, après des années à traîner une vilaine réputation. 

 

La librairie comptait près de 50.000 ouvrages, et voilà deux ans déjà, menaçait de fermer ses portes : un phénomène de gentrification bien connu à New York. Une hausse de loyer drastique du propriétaire avait conduit la population à se mobiliser – au point que les élus locaux soient intervenus dans les négociations.

 

La chaîne de librairie avait en effet reçu le soutien du président du district, Ruben Diaz Jr., qui est intervenu personnellement pour une négociation entre la librairie et le bailleur : Barnes & Noble restait ainsi deux années de plus dans le district, même si sa situation demeurait préoccupante. Les habitants avaient rapidement réagi à l'annonce de la fermeture, notamment par une pétition en ligne, rassemblant près de 3000 signatures.

 

C’est que toutes les librairies indépendantes ont fini par céder sous la pression économique, au fil du temps. 

 

La librairie ferme... parce que les gens sont idiots ?

 

Bien entendu, certaines rattachées à des universités ou proposant des œuvres religieuses subsistent. Mais l’établissement de Barnes & Noble était le dernier généraliste à rester ouvert. Et en janvier prochain, ce sera fini – on ouvrira un magasin de fringues, Saks Off, à la place. 

 

Si le Bronx reste la partie de New York la plus pauvre, et au-delà, l’une des plus pauvres des États-Unis, les politiciens travaillent d’arrache-pied à sa réhabilitation. Signe des temps : il n’y a que dans le Bronx que l’on ne trouve pas de boutique Apple, alors que l’enseigne doit ouvrir un nouveau local à Brooklyn...

 

Barnes & Noble a assuré dans un communiqué avoir fait ce qui était possible pour que sa librairie de Baychester persiste. L’augmentation du prix du loyer rend cependant impossible son maintien, même si la chaîne promet qu’elle ouvrira un nouveau lieu dans le Bronx. Sans donner de date.

 

Évidemment, le Bronx ne sera pas délaissé : l’endroit compte 35 succursales de la New York Public Library, avec une collection de 1,7 million d’articles, en hausse de 16 % depuis ces dix dernières années. Il sera donc toujours possible de trouver des livres à lire, et d’en emprunter. Mais la disparition de la librairie provoque une véritable colère chez les habitants, bientôt privés d’un lieu d’achat. 

 

Pour Davix Sax, auteur spécialisé sur l’importance des espaces physiques dans l’urbanisme, la fermeture de librairies est un coup porté à la fierté des citoyens du Bronx.

 

Et de souligner : « Les librairies sont situées dans des quartiers et des espaces qui sont attractifs, élégants et intellectuellement stimulants. Donc, pour le Bronx, cette perte implique une perte de l’estime personnelle – plus que si l’on fermait un magasin de chaussures – impliquant que les habitants n’étaient ni assez doués ni suffisamment intelligents pour mériter d’accéder à des livres. »

 

 

via New York Times