Dans le métro de New York, s'installe un kiosque inédit

Nicolas Gary - 03.07.2013

Edition - International - métro - kiosque à journaux - artistes indépendants


Ce serait un kiosque à livres et journaux presque anecdotique, s'il ne s'était pas installé dans le métro new-yorkais, à la station Metropolitan Avenue, située en dessous du quartier Middle Village, dans le Queens. Et dans un monde qui dématérialise les oeuvres de l'esprit autant que les médias, le public s'est passionné pour cette improbable boutique.

 

 

 

 

 

Loin des chaînes que l'on peut traditionnellement découvrir, le directeur de Newsstand, Lele Saveri constate : « Je n'ai jamais vu quelqu'un sur un téléphone et en train de lire. Ils se concentrent sur ce qu'ils ont dans les mains. » Et dans sa boutique, on trouve de quoi se remplir les mains, justement. Et si l'on trouve quelques barres chocolatées et des bouteilles d'eau minérale, l'essentiel du stock, ce sont bien les journaux et les livres. 

 

L'espace occupé était vide depuis août 2012 et c'est à l'initiative de Kevin Kearney, directeur d'une agence de marketing et de communication, Alldayeveryday, que le projet se monte. Il contacte Saveri, qui est photographe et organisateur d'événements, et lui propose la création d'un kiosque à journaux alternatif. Avec un raisonnement simple : l'espace est vide, autant l'occuper avec quelque chose d'original. 

 

Tous deux sollicitent la Metropolitan Transportation Authority, qui gère les emplacements et baux locatifs, et voilà qu'on leur fait une proposition intéressante. Juste de quoi monter un projet novateur, et réaliser un petit chiffre d'affaires. L'ouverture est programmée pour le 15 juin, et depuis, les clients se sont habitués à cette étrange librairie. Simplement, elle ne survivra pas au-delà du 31 juillet, de par les conditions contractuelles. En revanche, l'amplitude horaire est 10h/21h du lundi au vendredi et de 12h à 19h les week-ends. 

 

Dans ses étals, on retrouve des travaux d'artistes locaux, et des publications de petites maisons d'édition. Un stock de magazines underground est également présenté. Le succès vient probablement de ce que les réseaux mobiles ne fonctionnent pas dans cet endroit, et privés de leurs connexions, les usagers se tournent finalement vers le papier et l'imprimé.  

 

« Quelle meilleure façon de célébrer les artistes indépendants et leurs livres », interroge Severi. Même les comics y trouvent une petite place, toujours en provenance d'artistes alternatifs, qui ne trouvaient pas de place en libre diffusion dans les librairies du quartier. Finalement, pour distribuer l'underground, rien ne vaut l'underground...

 

Leur site internet

http://alldayeveryday.com/thenewsstand#about