Dans le silence des douleurs, la force des mots : quelques romans pour en parler

Fnac - 14.03.2016

Edition - Société - sélection lectures - romans deuil perte - famille proche


Ourdir une intrigue, aussi complexe qu’exaltante, est la panacée de tout écrivain. L’écriture n’est pas seulement le reflet de l’âme, mais bien la promesse d’une merveilleuse aventure, où l’imagination s’évade et les maux du quotidien se soignent dans la splendeur littéraire, dans l’eurythmie des mots. Fnac.com vous propose, avec ActuaLitté, la sélection éclectique de la semaine, qui en ravira plus d’un, et avec -5 % de remise pour tout achat de livres en magasin, l’occasion est bonne à prendre. 

 

 

Didier Pourquery, L'été d'Agathe

 

« Vendredi matin 10 août 2007, à 2h40, Agathe s'est arrêtée de respirer. Après six mois de lutte depuis sa deuxième greffe et toute une vie de combat.

Sa lumière, son rire, son esprit, son courage vont tellement nous manquer.

Elle aurait eu 23 ans le 15 août à 2h40 du matin. Elle a poussé l'élégance jusqu'à partir à l'heure où elle était arrivée. Tout Agathe, ça, extraordinaire, même dans les détails.

Sept ans plus tard, moi, son père, j'ai décidé de raconter Agathe. »

 

 

La gloire d'Inès, de Philippe Delaroche

 

L'auteur puise dans l'art, la philosophie, la littérature afin d'évoquer son deuil et la personnalité de sa fille, décédée dans un incendie en 2009.

« L’événement capital n’est pas la mort d’Inès, mais qu’il nous ait été donné de la voir naître, exister, s’exprimer, et qu’en la glorifiant finisse par filtrer le sentiment mystérieux de sa présence. » 

 

 

 

De force, Karine Giebel

 

« Elle ne m’aimait pas.
Pourtant, je suis là aujourd’hui. Debout face au cercueil premier prix sur lequel j’ai posé une couronne de fleurs commandée sur internet. 
Car moi, j’ai voulu l’aimer. De toutes mes forces. 
De force. 
Mais on n’aime pas ainsi. 
Que m’a-t-elle donné ? 
Un prénom, un toit et deux repas par jour. 
Je ne garderai rien, c’est décidé. A part le livret de famille qui me rappelle que j’ai vu le jour un 15 mai. 
De mère indigne. 
Et de père inconnu. »