Darty et Fnac : vers une idylle de la grande distribution

Nicolas Gary - 21.11.2015

Edition - Economie - Darty Fnac - acquisition groupes - distribution France


En fin de semaine, les douces notes de la mandoline qui montaient jusqu’au balcon de Darty ont prix fin. Roméo Fnac a présenté son offre définitive de rachat, pour un montant de 840 millions € que les actionnaires se sont calmement empressés d’accepter, assure l’agence Reuters. 

 

Fnac aéroport de Paris

ActuaLitté CC BY SA 2.0

 

 

Les préparatifs qui réuniront les deux familles de la distribution en France ont encore à être peaufinés – notamment avec le passage devant l’autorité de la concurrence, qui jugera de la faisabilité de cette transaction. Pour autant, les deux groupes semblent convoler vers une tendre Lune de miel. 

 

Le dépôt de l’offre, effectué ce 20 novembre, porte sur un échange en action, 1 action Fnac pour 37 actions Darty. Et dans le même temps, un apport en espèce d’une valeur maximale de 95 millions €. C’était la condition pour achever de séduire les actionnaires, qui ne souhaitaient pas disposer uniquement d’un échange d’actions. Juste assez pour valoriser l’enseigne du Contrat de confiance à près de 797 millions € selon l’AFP. (voir les détails)

 

« La combinaison de la Fnac et de Darty représente une opportunité stratégique majeure (...) Nous sommes convaincus que l’acquisition envisagée bénéficiera aux deux groupes, et en particulier à leurs employés et clients respectifs et qu’elle représente une opportunité de création de valeur unique pour les actionnaires de Darty et de la Fnac », assure le PDG de Fnac, Alexandre Bompard. 

 

À terme, les deux groupes représenteraient 5,6 milliards € de ventes sur la France, et près de 200 boutiques à l’étranger.