David Duchovny explique doù vient l'idée de sa fable animalière, Holy Cow

Julien Helmlinger - 04.02.2015

Edition - International - David Duchovny - Holy Cow - Fable animalière


Cette semaine, l'acteur David Duchovny, qui jouait déjà les écrivains dans le film Kalifornia et la série Californication, a publié son premier roman : Holy Cow. Une histoire de vaches et autres animaux de la ferme, sorte de fable animalière évoquant notamment le conflit entre Israël et la Palestine, ou encore les dérives de l'agriculture industrielle. Interrogé par le New York Times, l'auteur a expliqué comment lui est venue cette idée.

 

 

 Californication 

 

 

Le livre conte l'histoire d'Elsie Bovary, une vache, paisible et heureuse, qui passe ses journées à brouter et discuter avec son amie Mallory. Mais, une nuit, les deux se faufilent loin de leurs champs, et si Mallory entend discuter pis et cornes avec les taureaux d'à côté, Elsie est pétrifiée par une vision d'horreur. La famille de l'agriculteur est recueillie devant une boîte lumineuse, sur laquelle est écrit « Viande de ferme industrielle ». Révélation, pour Elsie, il faut fuir. « Fuir ! Là-bas, fuir ! Je sens que des oiseaux sont ivres. »

 

« Il y a dix ans, cette idée est venue à moi : si j'étais une vache, pourquoi n'essaierai-je pas de me rendre en Inde ? J'ai donc écrit un premier jet et je l'ai adressé aux seuls endroits où vous pouvez l'adresser, Disney et Pixar. Évidemment, ils furent sages de rester loin d'une histoire qui voit un cochon se circoncire. Et puis un jour, l'année dernière, j'ai pensé : pourquoi je n'écris pas cette idée ? » confie Duchovny.

 

Alors que le cochon baptisé Shalom se convertit au judaïsme dans son récit, l'acteur américain précise qu'il a été éduqué par un père juif, une mère luthérienne et une école presbytérienne. « Je n'ai pas grandi en croyant en un quelconque dieu en particulier. Mon père était une sorte de juif culturel, je dirais. Donc, si j'ai une sensibilité juive, je pense que c'est plus dans le sens culturel », précise l'acteur.

 

Ce n'est pas vraiment un hasard si la star hollywoodienne s'est lancée dans l'écriture. L'acteur avait travaillé à un doctorat de littérature anglaise à Princeton, même s'il ne l'a pas achevé. Au cours de ses études, il avait intitulé sa thèse The Schizophrenic Critique of Pure Reason in Beckett's Early Novels, mais propose désormais un titre alternatif, non sans autodérision : David Duchovny est un idiot arrogant.

 

Il explique à ce propos : « Je pense que j'étais sous l'emprise de certains critiques littéraires lacaniens français, Gilles Deleuze et Félix Guattari. Pour dire les choses le plus simplement possible, la feuille blanche a posé la question : pourquoi est-ce que tout le monde s'efforce d'être un névrosé freudien quand, en fait, cela pourrait bien être la plus grande maladie de toutes ? »

 

À noter que sa partenaire dans X-Files, Gillian Anderson a également fait son incursion littéraire dans le registre de la science-fiction, avec le concours d'un coauteur, Jeff Rovin, à l'occasion de la publication de son premier roman A Vision of Fire.

 

Quelques lignes de la fable animalière, lues par l'auteur lui-même :