medias

David Foenkinos et Katerine Pancol : un appel pour les femmes battues

Antoine Oury - 24.09.2018

Edition - Société - femmes battues tribune - Katerine Pancol femmes battues - violences femmes


Afin que de véritables mesures soient mises en place pour lutter contre les violences faites aux femmes, 88 personnalités ont cosigné une tribune adressée au président de la République. Elles demandent des réponses au « silence assourdissant » face aux violences conjugales, alors que tous les trois jours, une femme meurt sous les coups de son conjoint ou de son ancien conjoint.


English Access Microscholarship Program Combating Gender-Based Violence
(photo d'illustration, U.S. Embassy Pakistan, CC BY-ND 2.0)
 

88 personnalités de tous les horizons réunies par une cause nationale : sous le titre « Sauvons celles qui sont encore vivantes », elles ont publié une tribune dans Le Journal du Dimanche appelant à l'action politique pour lutter contre les violences conjugales et domestiques qui visent les femmes. 

 

En effet, « [t]ous les trois jours, une femme meurt sous les coups de son conjoint ou de son ancien conjoint. L’an dernier, 123 ont ainsi perdu la vie. Et 225.000 autres ont été victimes de violences conjugales », rappellent les 88 signataires en ouverture de leur tribune. 

 

Malgré la désignation de l'égalité hommes-femmes comme grande cause du quinquennat d'Emmanuel Macron, et celle de la lutte contre les violences faites aux femmes comme grande cause nationale, les auteurs du texte estiment que « le silence assourdissant » est toujours de mise face à ce sujet social de premier ordre. 

 

« Les lois existent, mais leur application est inégale. Des initiatives efficaces sont développées, mais leur déploiement repose trop souvent sur l’implication de quelques-uns », indique la tribune. Les signataires appellent à une formation de tous les métiers de loi pour mieux prendre en charge les victimes de violences, dès leur dépôt de plainte.

 

Une fois l'affaire jugée, les signataires réclament aussi une évolution de « la médiation pénale, en imposant à l’agresseur une interdiction d’approcher le domicile de l’agressée. Il faut contraindre les hommes “violents” à se soigner. »

Enfin, la tribune demande une réflexion sur la légitime défense des femmes qui font face aux violences conjugales, dans la foulée de l'affaire Jacqueline Sauvage, du nom de cette femme qui avait abattu son mari après plusieurs décennies de violences subies.

 

Refusant la banalisation du viol, Vanessa
Courville quitte la revue XYZ

 

Les signataires de la tribune proposent un rassemblement le samedi 6 octobre à 14h, devant le Palais de Justice de Paris, boulevard du Palais, dans le 1er arrondissement.

 

Parmi ces signataires, on retrouve notamment David Foenkinos, Annie Lemoine, Nathalie Rheims ou encore Katherine Pancol, qui, pour sa trilogie Muchachas (Albin Michel), a interrogé une trentaine de femmes victimes de violences.

L'écriture de ces romans avait été déclenchée par une scène de violences dont l'auteure a été témoin.




Commentaires

Merci beaucoup pour cette initiative. Il faut lever le voile sur ces procédés ignobles mais aussi sur les carences de l'Etat. Ma soeur a été victime de violence de la part de son compagnon ce mois-ci. C'était la première fois qu'elle portait plainte, mais la gendarmette qui l'a reçue lui a fait passer l'envie de recommencer. Elle n'a pas été traitée comme une victime mais comme on imagine qu'on reçoit les délinquant, c'est à dire avec beaucoup d'agressivité et des mots absolument pas appropriés.

Il est temps de se pencher sérieusement sur ces comportements d'un autre âge et sur la réponse que les pouvoirs publics apportent.

NC.
Connaissant un cas proche de violences conjugales assorties de beuverie, je me demande comment les pouvoirs publics peuvent agir : la honte de la femme battue n'a d'égale que celle de la femme violée. Pire, quand il y a des enfants-comme dans mon "cas"-. Le mari a été condamné avec sursis, mais le divorce est loin d'être prononcé ...

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.