David Kersan s'exprime dans le Dantec-gate : suite et fin(s) ?

Clément Solym - 01.10.2012

Edition - Justice - Maurice Dantec - David Kersan - Ring


L'opposition entre les éditions Ring, éditeur de son dernier roman et Maurice G. Dantec, s'est concrétisée dans une procédure juridique opposant l'écrivain à son nouvel éditeur (voir notre actualitté). Quelques échanges entre avocats, et plusieurs publications d'articles dans différents magazines ont motivé David Kersan, à prendre la plume, dans le magazine Sur le Ring, pour dénoncer les propos de Dantec, qu'il qualifie de "désinformations".

 

 


David Kersan, ancien agent de l'écrivain et dernièrement devenu son éditeur, ne serait pas le premier à s'être impliqué dans la défense des intérêts de Maurice Dantec... Avant d'en faire les frais par d'étonnants revirements de situation. Il revient sur ses années de vie parfois houleuses, passées à voguer dans la barque du romancier et qui se sont soldées par une attaque en justice incompréhensible.

Suite à notre rencontre, Maurice Dantec m'a demandé de devenir son agent fin 2004. Il est alors en conflit avec les prestigieuses éditions Gallimard, dont il désapprouve la politique éditoriale à son égard, n'accepte pas les coupes réclamées sur sa prochaine publication, et les propos d'un éditeur de la maison à son encontre dans la presse qui l'aurait offensé. Une de mes premières missions fut donc de lui permettre de rejoindre la maison Albin Michel, prête à publier l'ouvrage American Black Box.

 

Un parcours plus que chaotique, et une partie de l'histoire houleuse du romancier, est détaillé dans cette réponse. Pour clôre sa défense, l'éditeur cite ainsi des propos de Maurice Dantec en personne. Selon les qualificatifs que l'auteur accordait lui-même à son collaborateur, ses accusations ultérieures ont quelque chose qui sonne faux :

David Kersan, mon agent littéraire, qui est bien plus qu'un simple agent, ou alors au sens « 007 », sans lequel rien de ce qui va se passer ce soir n'aurait pu être possible, tout simplement parce qu'il est l'homme de l'impossible, aider un écrivain que tout le monde disait fini à lui permettre de reconnaître enfin la vérité, sur lui même ; les autres, et le monde avec lequel, comme le savait Kafka, il fallait s'allier pour se combattre soi-même.

 

Après avoir obtenu gain de cause par le biais d'une ordonnance rendue le 21 août par le Tribunal de Grande Instance de Paris, l'aventure des éditions Ring peut véritablement commencer.

 

L'intégralité du droit de réponse, publié ce matin, est accessible sur le site de la maison d'édition. Un courrier de rupture contractuelle a été adressé à ce jour à Maurice Dantec, nous informent les éditions Ring

 

L'écrivain a dernièrement donné une interview à la librairie Mollat, alors qu'il semblait que toutes les séance de signature et de rencontres avec le public avaient été annulées. Selon les informations de la base Electre, Satellite sisters, le dernier titre de Dantec, aurait été vendu à quelque 3200 exemplaires, depuis sa parution, fin août.