De 90 pences à 100.000 £, la plus-value Jane Austen

Clément Solym - 15.10.2010

Edition - Economie - enchères - pride - prejudice


Les ventes vont et viennent, c'est la dure loi des maisons d'enchères, mais celle qui mettra en lumière une édition rare de Pride and Prejudice, de Jane Austen a quelque chose d'assez insolite.

Dans ce texte, épuré de zombies, puisqu'originel, Elizabeth Bennett tombe sous les charmes du fringant M. Darcy. Et le livre, une première édition, sera passé sous le marteau un peu plus tard ce mois-ci. Or, s'il s'est écoulé plus de 20 millions d'exemplaires depuis les premiers temps de la parution, en 1797, l'exemplaire présenté, datant de 1813, fut à l'époque vendu 18 shillings, soit 90 pence modernes, soit environ 1,1 € de notre temps.

Or le livre est aujourd'hui estimé à 100.000 £, soit 115.000 €.

Une plus-value démentielle, réalisée certes à 200 ans d'intervalle. La maison Sotheby's qui offrira d'acheter ce livre le 28 octobre prochain, explique par ailleurs que le livre, outre par sa rareté, comporte des illustrations et planches originales particulièrement en relation avec ce que l'on voulait faire du livre à l'époque. Un joli manuel de bonne conduite pour les jeunes filles sages d'Angleterre.

La maison annonce que 149 autres ouvrages seront également en vente durant cette séance, sortis de la bibliothèque d'un collectionneur timide, puisqu'il n'a pas souhaité que son nom soit mentionné, rapporte le Daily Echo.

Des oeuvres rares, qu'il aura mis 45 ans à accumuler et qui pourraient s'élever, une fois les enchères achevées à un montant de 3 millions £. Plus-value, vous avez dit plus-value ?

Et si l'on a parlé de zombies un peu plus haut dans l'article, c'est simplement en référence au délirant bouquin qui ajoutait une note de morts-vivants au roman originel de Jane : Orgueil, préjugé et zombies...