De Borée officiellement repris par Centre France La Montagne

Julie Torterolo - 21.12.2015

Edition - Justice - De Borée - Centre France La Montagne - redressement judiciaire


La décision est enfin tombée : le tribunal de commerce de Clermont-Ferrand a annoncé ce vendredi 18 décembre la reprise des éditions De Borée par le groupe Centre France La Montagne. Ce dernier l’a emporté face aux quatre autres groupes qui avaient présenté une offre de reprise : Sofadis, Révolution 9, Éditions du Belvédère, et SDP. 

 

 

 

 

Le redressement judiciaire du groupe, soit des trois entités de De Borée (De Borré éditions, Distribution et Notus), était annoncé en septembre dernier. Alors que cinq repreneurs se sont manifestés pour sa reprise, seuls trois s’étaient présentés devant le tribunal le 10 décembre dernier. 

 

Déjà, les employés du groupe De Borée avait pointé du doigt leurs favoris : La Montagne Centre France. C’est un acteur très important dans la région, à l’écoute de ses lecteurs, qui réclament aujourd’hui plus que la presse. Il ouvrirait des perspectives fortes pour De Borée, notamment parce que La Montagne dispose d’un fonds éditorial et d’archives importantes. Cela permettrait notamment de développer au mieux la branche Beaux livres », précisaient alors les salariés.

 

Selon l’AFP, c’est alors bien le favori qui a été choisi par le tribunal vendredi dernier. « C’est une très bonne nouvelle pour les éditions De Borée. Le repreneur est un groupe important dans la région, qui va nous ouvrir de nouvelles perspectives grâce à leur grand réseau d’abonnés et leur fonds énorme d’archives », s’est félicitée la représentante du personnel, Carole Pageard.

 

Le repreneur a alors tenu des propos rassurants sur le futur du groupe : « Les collections De Borée continueront à être éditées. Les auteurs ne perdront pas leur maison d’édition », a déclaré Nicolas Corneau, directeur général adjoint du groupe Centre France La Montagne. En revanche, seuls 15 des 65 salariés du groupe garderont leurs emplois dans les anciens locaux, rebaptisé Centre France Livres.