De Gabin à Ventura, la trilogie d'Albert Simonin entre escrocs et grisbi

Clément Solym - 09.11.2020

Edition - Les maisons - Grisbi Albert Simonin - Jean Gabin film - Lino Ventura tontons


AVANT-PARUTION – Son père fabriquait des fleurs artificielles. Le fils sera logiquement apprenti électricien, négociant en perles, employé à la Bourse et chauffeur de taxi. Albert Simonin, c’est la gouaille incarnée, dont la trilogie est devenue un incontournable dans le paysage du polar et du roman noir. Fabuleux : elle revient.



 
Max le menteur constitue un ensemble qui ne connut de semblable : autour de ce personnage de malfrat vieillissant, Max, s’articule une ribambelle de figures hautes en couleur. Et les trois ouvrages, Touchez pas au grisbi ! (prix des Deux Magots en 1953), Le cave se rebiffe et Grisbi or not grisbi, furent respectivement portés au cinéma par Jacques Becker (avec Jean Gabin), Gilles Grangier (toujours avec Jean Gabin) et Georges Lautner, sous le titre Les tontons flingueurs. Cette fois, c’est Lino Ventura qui portera colossalement le film. Le tout entre 1954 et 1963.



Michel Audiard, qui signait les dialogues du Cave se rebiffe, l’assurait : « J’ai toujours rêvé d’être escroc. Je suis devenu auteur parce que les auteurs vont assez rarement en prison, et Simonin m’y a beaucoup aidé. »
 

Il est libre, Max (pas tout à fait...)


Max, dit le Menteur, vétéran des truands parisiens, s'apprête à se ranger. Le milieu, il en a fait le tour, en a tiré le meilleur parti et ne le regrettera pas. D'autant que ce monde est en train de changer : les vendeurs de came gagnent du terrain, les truands s'internationalisent, le code d'honneur n'a pas l'air de préoccuper la jeunesse. 

Seulement quitter les «affaires», ça ne se fait pas en un clin d'oeil. Il y a les vieux amis qui vous demandent un dernier service, la relève à organiser, l'avenir à assurer...

La Manufacture de livres propose de réunir les trois ouvrages, « monument de la culture française populaire », en un seul volume. Plongeon dans un Paris qui n'est plus et où résonne la gouaille des truands, l'oeuvre de Simonin sublime le monde des voyous et lui a ouvert les portes de la littérature française. 

Cette réédition s’accompagne d’une préface signée François Guerif, et d’une interview qu’il avait réalisée avec Simonin, le « Chateaubriand de la pègre », avait déclaré Léo Malet. Chance : ActuaLitté vous en a dégoté un extrait. 



 
[à paraître 19/11] Albert Simonin – Le Grisbi – La manufacture de livres – 9782358877091 – 22,90 €


Commentaires
FORMIDABLE redécouverte de Simonin, enfin !

«Le Chateaubriand de la pègre», génial !

Et d'autres livres de lui furent adaptés au cinéma sous le même titre.

Comme l'obscur «Une Balle Dans Le Canon», le premier film de Charles Gérard (le grand pote de Belmondo) et Michel Deville (1958), avec Pierre Vaneck, Mijanou Bardot -la soeur de BB qui toute petite enviait la joliesse de Mijanou, ironie du destin ! -et ce bon Roger Hanin !

Un bide d'anthologie...

Et puis le trop oublié «Du Mouron Pour Les Petits Oiseaux» de Carné (1963) avec notamment Paul Meurisse et la future Mme Drucker, la piquante et pétulante Dany Saval !

Sans oublier le fidèle Roland Lesaffre, un acteur-fil rouge de Carné, dont personne ne parle plus hélas.

On n'est pas du tout dans la Nouvelle Vague, ce qui explique peut-être hélas l'oubli injuste dans lequel croupit ce film et d'autres du même type.

Simonin fut également un dialoguiste de films mais on arrête ici.

Ou presque...

Un rêve: que loin d'une certaine prétention lassante, la Cinematek (oui c'est son nom) belge, aux collections richissimes, nous livre une programmation scintillante et jouissive de polars français, connus ou non, des grands films et des nanars, des Trente Glorieuses !

Qu'on se décoince comme les Français et la gigantesque rétrospective De Funès à votre Cinémathèque non tek...!

Une autre mentalité, plus vivante, plus vraie, plus chaleureuse et tellement plus ouverte, côté cinéphilie aux commandes de cette institution.

Cela ne sera(it) possible quand le coronavirus cessera enfin de nous pourrir la vie, s'entend (lieux culturels de spectacles fermés en Belgique, contrairement aux librairies).

CHRISTIAN NAUWELAERS
Belle redécouverte de Simonin, bravo !

Dont d'autres livres furent adaptés au cinéma.

Notamment, sous le même nom, «Une Balle Dans Le Canon», le premier film de Charles Gérard -le grand pote de Belmondo -et Michel Deville (1958) avec notamment Pierre Vaneck, Roger Hanin et Mijanou Bardot, dont la future BB, toute petite, enviait la joliesse !

Ironie du destin !

Et si pas un vrai film noir, en tout cas un bide noir...

Également «Du Mouron Pour Les Petits Oiseaux» de Carné (1962), avec notamment Paul Meurisse et la pétillante, piquante et pétulante Dany Saval, la future Mme Drucker (qui devrait écrire ses Mémoires !)...

Sans oublier Roland Lesaffre, l'acteur-fil rouge de Carné dont plus personne ne parle hélas...

Un rêve: quand le coronavirus cessera (avec tous les effets collatéraux) de nous pourrir la vie, une belle programmation de films policiers français des Trente Glorieuses, des classiques aux nanars !

Difficilement envisageable dans notre Cinematek belge -oui c'est le nom...-et son équipe de programmation prétendument élitiste et fort coincée.

La France est un pays de la cinéphilie depuis toujours et j'admire votre formidable Cinémathèque non tek et sa mentalité ouverte, créative, chaleureuse...

Une immense rétro De Funès, incroyable !

C'est ce qui s'appelle ruer dans les brancards de la culture.

Une noble institution mais qui fonctionne pour et avec le public, sans sectarisme.

Remarque finale: quand on revoit les titres de certains bouquins de l'époque -notamment l'inénarrable Frédéric Dard sous son avatar ultracélèbre de San Antonio -il est certain que les tristes brigades de la «cancel culture» à lugubre face de carême agiteront frénétiquement les ciseaux d'Anastasie pour les changer si pas pour interdire ces oeuvres sans prétention mais absolument distrayantes et à prendre pour ce qu'elles sont...!

CHRISTIAN NAUWELAERS
Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.