De Gaulle, remède contre la baisse du niveau de l'écrit

Clément Solym - 09.06.2010

Edition - Société - programme - lettres - gaulle


Tout était parti d'une pétition qui n'aurait pas fait plus que cela parler d'elle, sans une petite médiatisation bien sentie. Les Mémoires de De Gaulle au programme, certains professeurs de Lettres avait du mal à ce que passe la pilule. « Ce choix inapproprié, conjugué avec l'annonce de la division par deux du temps imparti à notre enseignement, est la preuve du pas supplémentaire franchi par le pouvoir dans le “refoulement du littéraire”. C'est sa suppression qui est maintenant programmée », expliquaient-ils.

Et puis, en guise de réponse, quelques auteurs, pas vraiment parmi ceux de l'avant-garde française reprennent les étendards. Max Gallo, Pierre Assouline et d'autres entendent défendre les vertus littéraires du général. « Il a brossé dans son oeuvre des tableaux qui sont depuis longtemps entrés dans la littérature française », estime l'Académicien Gallo.

Évidemment, impossible d'en rester là. Et cette fois, c'est la Fondation de Gaulle qui fait part, dans un communiqué adressé à l'AFP, de sa stupeur. Diantre, le général, pas littéraire ? Impensable !

De Gaulle, homme de lettres et d'épée

« Si les Mémoires de guerre ne sont pas un texte littéraire parce que leur propos serait utilisé à des fins politiques et non à des fins artistiques, que dire alors des oeuvres de César, Cicéron, Bossuet, Saint-Simon, Chateaubriand, Victor Hugo, sans oublier le Pascal des Provinciales qui était justement au programme de terminale L l'année dernière ? », questionne lourdement la Fondation.

C'est que le petit de Gaulle a fait preuve, dès sa plus jeune enfance d'une culture étendue, et d'un goût pour la lecture qui s'est manifesté à travers un éclectisme certain. Et sa langue... tout ce qu'il y a de plus classique.

Mais ce n'est pas tout : il faut encore considérer l'aspect pédagogique de la chose. Car « dans un temps où l'on se plaint de la baisse du niveau de l'expression écrite, étudier le style du général de Gaulle, en observer la construction et la syntaxe, en analyser le vocabulaire, tout cela ne peut qu'aider à la formation des lycéens ».

Et de conclure avec ferveur que les mots du général étaient aussi des armes. Alors qu'on le laisse accéder à cet honneur posthume...


Cher Georges Brassens,


Comme tu ne prendras pas connaissance de ces informations stupéfiantes, je vais me contenter de citer l'un de tes textes que j'affectionne tout particulièrement, et qui me semble assez bien convenir à la situation.
Quand sonne le tocsin sur leur bonheur précaire
Contre les étrangers tous plus ou moins barbares
Ils sortent de leur trou pour mourir à la guerre
Les imbéciles heureux qui sont nés quelque part
(c'est aussi sur Deezer)



Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.