De Jeanne d'Arc à Abd Al Malik, Lettres à la France

Cécile Mazin - 13.01.2016

Edition - Les maisons - lettres France - Jeanne Arc - Abd Al Malik


Le livre était programmé avant les attentats du 13 novembre, explique l’éditeur, pour « réaffirmer notre rôle dans la transmission des valeurs universelles qui nous unissent ». Vincent Duclert, historien de la France politique, et spécialiste de la République, a réuni 47 textes dans un recueil publié ce 6 janvier. 

 

lettres-France-République-Marianne

 

Le recueil mêle lettres de civils, textes d’écrivains ou d’historiens, discours d’hommes politiques et chansons contemporaines, de Zola à Polnareff, en passant par Hugo, Aragon, Joséphine Baker, Georges Brassens, Simone Veil, Alain Mabanckou et bien d’autres.

 

Femmes et hommes qui « ont fait vivre à travers leurs mots les idéaux de liberté, d’égalité de fraternité, dont le rayonnement devient la cible des fanatiques ». Les textes redessinent les grands moments de l’Hexagone, depuis les combats menés pour la liberté, autant que dans les heures les plus sombres.

 

Hommage à la France, mais aussi réflexion sur l’appartenance à la nation et clé de lecture du monde contemporain, cet ouvrage est autant destiné aux lecteurs de tous âges qu’aux enseignants à la recherche de textes fondamentaux sur lesquels appuyer leur dialogue avec les nouvelles générations. 

 

« Le titre du livre s’inspire de celui qu’Émile Zola, lui de père italien, a donné à sa brochure du 6 janvier 1898 pour la justice dans l’affaire Dreyfus, une écriture publique dressée contre le nationalisme et la xénophobie, tombeau de la démocratie républicaine et de la justice sociale qu’il imaginait pour la France », précise Vincent Duclerc.

 

Le livre est proposé pour 3 € en papier, chez Livre de Poche ou 2,99 € en numérique. On pourra découvrir l'introduction, signée de Vincent Duclert.

 

En voici un extrait de Jeanne d’Arc, « Le royaume de France de Dieu », 22 mars 1429

 

Annonçant son intention de libérer le royaume de France de l’envahisseur anglais, Jeanne d’Arc (1412-1431) s’adresse solennellement au roi d’Angleterre et au duc de Bedford. La scène se situe juste avant la bataille d’Orléans dont elle parviendra à briser le siège dans la nuit du 7 au 8 mai 1429. Elle arbore la bannière blanche frappée de la fleur de lys et sur laquelle se lit la devise des ordres mendiants, Jesus Maria.

  

Jesus Maria,

Roi d’Angleterre et vous duc de Bedford, qui vous dites régent du royaume de France, vous Guillaume de La Pole, comte de Suffolk, Jean sire de Talbot et vous Thomas sire de Scales, qui vous dites lieutenants du dit duc de Bedford, faites raison au Roi du ciel, rendez à la Pucelle qui est envoyée ici par Dieu, le Roi du ciel, les clés de toutes les bonnes villes que vous avez prises et violées en France. Elle est ici venue de par Dieu pour réclamer le sang royal. Elle est toute prête à faire la paix, si vous voulez lui faire raison, en abandonnant la France et payant pour ce que vous l’avez tenue.

 

Et, vous tous, archers, compagnons de guerre, gentilshommes et autres qui êtes devant la ville d’Orléans, allez-vous en en votre pays, de par Dieu ; et si vous ne le faites ainsi, attendez les nouvelles de la Pucelle qui ira vous voir sous peu, à vos biens grands dommages. Roi d’Angleterre, si vous ne le faites ainsi, je suis chef de guerre et en quelque lieu que j’attendrai vos gens en France, je les en ferai aller, qu’ils le veuillent ou non. Et, s’ils ne veulent obéir, je les ferai tous occire ; je suis ici envoyée de par Dieu, le Roi du ciel, pour vous chasser hors de toute la France. Et, s’ils veulent obéir, je les prendrai en miséricorde. Et, n’ayez point une autre opinion, car vous ne tiendrez point le royaume de France de Dieu, le Roi du ciel, fils de sainte Marie, mais le tiendra le roi Charles, vrai héritier : car Dieu, le Roi du ciel, le veut et cela est révélé par la Pucelle, lequel entrera à Paris en bonne compagnie.

 

Si vous ne voulez croire ces nouvelles de par Dieu et la Pucelle, en quelque lieu que nous vous retrouverons, nous frapperons dedans et y ferons un si grand hahay [désordre] qu’il y a bien mille ans qu’en France si n’y en eut un si grand, si vous ne nous faites raison. Et croyez fermement que le Roi du ciel enverra plus de forces à la Pucelle que vous ne lui sauriez mener avec tous vos assauts, à elle et à ses bonnes gens d’armes ; et aux horions, on verra qui a le meilleur droit de Dieu du ciel. Vous, duc de Bedford, la Pucelle vous prie et vous requiert que vous ne vous fassiez pas détruire. Si vous lui faites raison, vous pourrez encore venir en sa compagnie là où les Français feront le plus beau fait qui fut jamais fait pour la chrétienté. Et faites réponse, si vous voulez faire la paix en la cité d’Orléans ; si vous ne le faites ainsi, de vos biens grands dommages qu’il vous souvienne sous peu.

Écrit ce mardi, semaine sainte.

 

Cette lettre est disponible sur le site Des Lettres.


Pour approfondir

Editeur :
Genre :
Total pages :
Traducteur :
ISBN :

Lettres à la France

de Collectif

Ce recueil inédit mêle lettres de civils, textes d'écrivains ou d'historiens, discours d'hommes politiques et chansons contemporaines, de Zola à Polnareff en passant par Hugo, Josephine Baker, Simone Veil, etc. Autant de femmes et d'hommes qui ont fait vivre à travers leurs mots les idéaux de liberté, d'égalité, de fraternité, dont le rayonnement devient  la cible des fanatiques. Au fil de ces textes, le livre rejoue les grands moments de la France, ses combats pour la liberté, ses heures sombres de guerre et d'obscurantisme, ses défis relevés depuis toujours. Hommage à la France, mais aussi réflexion sur l'appartenance à la nation et clé de lecture du monde contemporain, cet ouvrage est autant destiné aux lecteurs de tous âges qu'aux enseignants à la recherche de textes fondamentaux sur lesquels appuyer leur dialogue avec les nouvelles générations. 

J'achète ce livre grand format à

J'achète ce livre de poche 3 €

J'achète ce livre numérique à 11.99 €