De la fidélité des clients pour leur librairie numérique

Clément Solym - 22.01.2014

Edition - Economie - livres numériques - ebookstores - fidélité des clients


Une récente enquête menée auprès de 2042 acheteurs de livres numériques, il apparaît que les clients sont des gens fidèles. Le Codex Group, présidé par Peter Hildick, annonce que 86 % des acheteurs ne se fournissent qu'auprès d'un seul détaillant, avec un trio de tête bien connu : Kindle, iBooks et Nook. Autrement dit : Amazon, Apple et Barnes & Noble.

 

 

 

 

Le président de Codex Group évoque « un jardin clos », pour ce qui est de l'achat de livres numériques, mais sans aucune naïveté. Des sociétés comme Amazon et Apple, enfermant leurs clients dans des environnements propriétaires « empêchent les consommateurs de chercher, découvrir, d'acheter et de profiter de l'ensemble ou de la plupart de leurs livres numériques, des chansons et des films ailleurs que dans un seul endroit », note-t-il.

 

L'écosystème propriétaire est un système bien connu, et la fidélité constatée des clients n'est finalement qu'une conséquence bien involontaire de ces restrictions. Si un lecteur achète chez Amazon, ses ebooks seront dans un format propriétaire, et il ne peut évidemment pas en sortir pour se fournir ailleurs. Bien entendu, l'offre d'Amazon en matière d'ebooks est pléthorique : en disposant de livres à foison, venant d'éditeurs traditionnels, mais ayant également su séduire les auteurs indépendants (et les contraindre à rester), on comprend que la situation n'est pas si manichéenne.

 

Reste que pour les autres revendeurs, Sony, Google, Kobo ou Samsung, pour ne citer que les gros, ce jardin clos s'apparente à un pré carré inatteignable. Et en cherchant à offrir des solutions plus ouvertes, la stratégie aurait été moins payante. Pourtant, un outil comme celui de Google Play Books aurait pu séduire largement, puisqu'il ne nécessite qu'un compte Gmail, la lecture de livres s'effectuant directement dans le navigateur de tout type d'appareils.

 

Mais il faut évoquer également la simplicité mise en place par le trio des revendeurs : en simplifiant au maximum l'expérience d'achat, et de consommation, Kindle, iPad et Nook ont su séduire les clients en leur facilitant la vie. Est-ce à dire que les autres n'y sont pas parvenus ? Ben...

 

Ce qui est clair, c'est que les revendeurs auront besoin de réaliser un double effort : non seulement attirer de nouveau client pour gagner des parts de marché, mais surtout, parvenir à conserver leurs anciens clients. Si la fidélité est une vertu, elle intervient manifestement plus par contrainte que réellement par des offres attractives. Et dans cette lutte, Amazon a pris une fameuse longueur d'avance sur n'importe quel autre acteur. 

 

Dans un pays où il n'existe aucune législation fixant un prix unique aux livres numériques, les offres commerciales pourraient être l'une des solutions. Dans les autres pays... c'est par une communication ciblée et intensive que les parts de marché pourront être conquise. Or, l'étude menée concerne le public américain, et il serait intéressant de savoir dans quelle mesure cette fidélité est systématique dans les pays européens, et comment se répartit le marché. 

 

En novembre 2013, l'éditeur NumerikLire avait fourni des résultats de vente, montrant que 75 % de ses téléchargements payants s'effectuent sur Apple, Amazon, Kobo et Google. L'indicateur est probablement significatif. 

 

via Digital Book World