Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

De la forte rentabilité des ebooks, par Simon & Schuster

Clément Solym - 06.05.2011

Edition - Economie - cout - production - ebooks


Les éternels coûts de production des livres, dont on entend régulièrement parler si l'on tend l'oreille et que le prix des livres numériques vendus au grand public est abordé... Pourtant, certains éditeurs soit trahissent l'omerta, soit jouent franc-jeu.

C'est l'exemple récent de Simon & Schuster, qui a dernièrement assuré que les ventes de livres numériques avaient fortement augmenté pour lui durant le premier trimestre de l'année 21011. (via Publishers Weekly)

Pas chers, mézibouk

Et en plus de donner les chiffres de ses résultats, l'éditeur explique que les ventes ont doublé, mais que si le chiffre d'affaires a suivi, ce sont surtout les bénéfices qui ont décollé.

Carolyn Reidy, PDG de S&S entre dans le détail : « La forte hausse des bénéfices a été attribuée à des ventes à moindre coût une production et des coûts de retour à la hauteur du serrage de ceinture que S&S a mis en place au cours des 18 derniers mois, ainsi qu'une forte hausse des ventes. »

Si l'on a le bon décodeur, tout se passera bien : d'abord, des produits moins chèrement vendus, ensuite des ebooks qui ont de faibles coûts - production, transport et retour, pour le coup inexistants, ces deux-là. Tout cela participe à rendre les livres numériques particulièrement rentables.

Du papier qui baisse, aux nouvelles solutions

Alors évidemment, l'éditeur note aussi que les ventes de livre papier ont baissé, dans tous les domaines - ce qui ne manquera pas de faire du tort aux magasins physiques. Mais pour la maison, la solution passerait alors par un système d'impression uniquement en fonction de ce que les gens veulent bien acheter en version papier.

Autrement dit, une solution d'impression à la demande bien rodée. De quoi laisser comprendre que la révolution numérique, loin de faire du mal, est désormais en train de faire économiser des coûts, intrinsèquement liés au déplacement du papier... (via Teleread)

De quoi également conforter les auteurs qui clament que depuis des années déjà, ils fournissent à leur éditeur une version numérique - un document texte - de leur livre. Et que la transformation du Word à l'EPUB n'implique pas vraiment des coûts aussi élevés qu'on veut bien le faire croire. (voir notre actualitté, Le collectif du 4 février)