De meilleurs livres en République tchèque, avec une TVA plus basse

Nicolas Gary - 05.05.2014

Edition - Economie - République tchèque - taux de TVA - fiscalité du livre


La République tchèque est lancée dans une grande campagne de lobbying, en faveur de l'instauration d'un taux de TVA réduit pour les livres. Alors que le pays est considéré parmi les plus grands lecteurs d'Europe, la taxe appliquée est de 15 %, à ce jour. La Svaz českých knihkupců a nakladatelů, ou SČKN, association des libraires et éditeurs tchèques prend le sujet à bras le corps. 

 

 

Prague

Moyann_Brenn, CC BY 2.0, sur Flickr

 

 

Au cours des dernières années, la taxation des livres est allée crescendo : entre 2008 et 2012, la TVA est passée de 9 % à 14 %, avec une nouvelle augmentation à 15 % courant 2013. Pour la SČKN, cette hausse a provoqué une diminution du nombre de nouveautés parues dans le pays, de près de 9 % - soit 18.251 contre 16.600. 

 

Dans le cadre de cette campagne, plus de la moitié des libraires profitera d'une remise de 15 % sur tous les livres, et ce, depuis le 23 avril. Selon l'Association, on compte plus de 600 librairies généralistes et 50 spécialisées qui prennent part à l'opération. Des brochures, des sacs et des marques-pages seront diffusés pour l'occasion, dans le cadre d'une campagne sans précédent, promet Martin Vopěnka, responsable de l'Association.

 

Le gouvernement sera également sensibilisé. la SČKN compte 250 membres actifs dans le domaine de l'édition et de la librairie, depuis sa création en 1990, à Prague. L'industrie du livre se montre particulièrement inquiète de ce mouvement fiscal - si l'on parle d'une diminution du nombre de titres, cela implique nécessairement une baisse des ventes, sur le moyen terme. 

 

En outre, le prix de vente des livres, à l'unité, est passé de 200 couronnes à 240 couronnes, soit 20 % d'augmentation depuis 2007. 

 

Près de 2660 maisons d'édition ont publié au moins un livre au cours de l'année 2012, et seuls 253 d'entre elles ont fait paraître plus de 10 ouvrages. Le marché global est estimé à 32,5 milliards de couronnes tchèques (1,18 milliard €), avec un marché du livre numérique en pleine expansion. Durant l'année 2012, 200.000 titres numériques ont été achetés, soit 0,35 % des ventes. Mais là encore, la question fiscale est une entrave : la TVA est fixée à 21 % pour l'ebook. Pour l'année 2013, les chiffres étaient d'un demi-million d'ebooks vendus.

 

Le gouvernement a déjà annoncé son intention d'inclure les livres, numériques et papier, dans le taux réduit, de sorte que la TVA passe à 10 % : un changement nécessairement positif, estime l'Association, qui l'interprète comme « une reconnaissance de nos arguments ». Mais pour l'heure, l'administration n'a pas encore fait trop avancer ce dossier. 

 

La SČKN fait surtout valoir que le taux actuel dans le pays, est largement supérieur à la moyenne des États européens. Or, certes la République tchèque est « une petite zone linguistique, mais qui a une grande et importante tradition littéraire ». Le taux idéal pour favoriser le secteur du livre serait donc de 5 %, promet alors Martin Vopěnka. 

 

Dans cette optique, la diminution maximale du taux de TVA permettrait, estiment les éditeurs, de publier des ouvrages plus risqués et de plus grande qualité - ce qui est impossible dans le contexte économique.