De Nosferatu à Jack Sparrow, comment naissent les héros ?

Victor De Sepausy - 29.01.2019

Edition - Les maisons - fabrique héros collection - Jack Sparrow pirate - Nosferatu vampire Dracula


De Nosferatu le terrifiant, à Jack Sparrow l’hilarant, les héros sont des créatures protéiformes... Raison pour laquelle les Impressions Nouvelles proposent une nouvelle collection, La Fabrique des Héros, qui « explore le grand répertoire de la culture populaire ». 


(Islam90, CC BY SA 4.0)


Aux commandes de cette usine à décrypter les univers fictionnels, Dick Tomasovic et Tanguy Habrand. Le projet est simple, parvenir à brosser le tableau des personnages qui accompagnent l’imaginaire populaire, de la littérature au théâtre, de la bande dessinée à l’animation, du cinéma à la télévision et au jeu vidéo. 

Il ne s’agit toutefois pas de verser dans une sorte de dictionnaire amoureux et fastidieux des héros ni de plonger dans une sorte de bible pour les fans. La collection présente bien davantage comme la rencontre entre un auteur et un héros ou une héroïne, dotés ou non de super-pouvoirs, des plus gentils aux plus méchants, dans un savant mélange d’intelligence et de subjectivité, d’exigence et d’accessibilité.

Pour impulser ces publications – une centaine de pages pour 12 € – on démarre donc avec le monde de la piraterie et des vampires : Jack Sparrow, Manifeste pour une linguistique pirate de Laurent de Sutter et Nosferatu, Contre Dracula d’Olivier Smolders. 
 
Deux créatures aux univers radicalement distincts : l’un œuvre dans les mers des Caraïbes, l’autre dans un terrifiant château. C’est dans les studios de Disney que Jack voit le jour, alimentant les salles de cinémas en blockbusters depuis 2003 – 5 films en tout.

« Ce qui m’obsède depuis le début, chez Sparrow, c’est sa tchatche. Sparrow n’arrête pas de causer — c’est même à peu près la seule chose qu’il fait, à part se tirer de manière aussi spectaculaire qu’hasardeuse des situations dans lesquelles le destin l’a fourré (quand ce n’est pas lui-même) », indique Laurent de Sutter.



 
Quant à Nosferatu, c’est une astuce de réalisateur qui, en 1922, permet de ne pas verser de droits d’auteurs aux héritiers de Bram Stoker, auteur du Dracula publié en 1897. 

Pour Olivier Smolders, « Nosferatu est un prisme qui cristallise quelques-unes des angoisses les plus fondamentales de la nature humaine. La peur de mourir, sans doute, mais aussi et surtout la peur et le désir de l’autre, jusqu’à boire sa vie. »
 

[à paraître 7/02] Laurent de Sutter – JACK SPARROW Manifeste pour une linguistique pirate – Impressions nouvelles – 9782874496479 – 12 € / 7,99 € EPUB

[à paraître 7/02] Olivier Smolders – NOSFERATU Contre Dracula – Impressions nouvelles – 9782874496486 – 12 € / 7,99 € EPUB

 


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.