De nouvelles hypothèses sur l'identité de Shakespeare

Clément Solym - 13.09.2011

Edition - Société - shakespeare - Florio - tassinari


Lamberto Tassinari, Canadien, n’est sans doute pas le dernier à remettre sur le tapis la question de l’identité de Shakespeare. En effet, de tout temps, face au peu d’informations dont on dispose sur le dramaturge, de nombreuses hypothèses ont circulé. Certains voyaient en lui Christopher Marlowe, d’autres Francis Bacon ou encore le comte Edouard de Vere. Hé bien pour M. Tassinari, il n’en est rien. Shakespeare serait tout simplement John Florio, traducteur d’origine italienne.

Cette théorie n’est pas non plus tout à fait originale et déjà, au cours du XX° siècle, certains avaient posé cette hypothèse. Dans son essai intitulé John Florio. The Man Who Was Shakespeare, publié en italien et en anglais, M. Tassinari nous présente cet individu.


Fils du Juif Italien Michel Angelo Florio, un proche de Jacques Ier, John Florio s’est fait connaître par l’importante traduction qu’il proposa des Essais de Montaigne. Cet hypothèse étayée par de nombreuses études lexicales, viendrait expliquer l’influence italienne perceptible dans toute l’œuvre de Shakespeare, précisément à une époque où la culture italienne n’avait pas encore percé en Angleterre.

Au cours du XX° siècle, des chercheurs avaient déjà noté des emprunts de Shakespeare à la traduction des Essais de Montaigne réalisée par John Florio. M Tassinari va plus loin, démontrant une identité de style entre les différentes œuvres.