De Virgin et l'actionnaire Butler à la librairie indépendante

Antoine Oury - 22.05.2013

Edition - Economie - Butler Capital Partners - Virgin - syndicats


Quelques jours après le retrait de l'offre du repreneur Rougier & Plé, les syndicats du groupe Virgin ont envoyé une lettre au fonds d'investissement Butler Capital Partners pour l'intimer de participer plus généreusement au Plan Social pour l'Emploi. Désormais incontournable, celui-ci devrait concerner pratiquement tous les salariés du groupe en France.

 

 

Magasin Virgin Mégastore des Champs-Elysées

 

 

En effet, avec le retrait de l'offre de Rougier & Plé, seuls deux magasins et 52 employés bénéficieraient finalement d'une offre de reprise formulée par Cultura, pour les Virgin d'Avignon et de Marseille.

 

S'adressant directement à Walter Butler, président du fonds d'investissement, et Laurent Parquet, associé, la lettre souligne : « Après de longues semaines de réflexion et de discussions, vous aviez accepté de verser un million d'euros pour l'accompagnement social des salariés impactés par des licenciements. À l'époque on pensait qu'ils seraient environ 700. Ils sont aujourd'hui près de 1 000 ! »

 

Par ailleurs, d'autres imprévus menacent l'indemnisation des employés : la missive explique que la timide contribution de l'actionnaire Lagardère, ainsi que l'impossibilité de céder des actifs réduit encore le montant de ces indemnisations. Celles-ci devraient s'élever à 5 millions €, « à savoir 5 000 euros environ par personne licenciée », montant jugé insuffisant par les syndicats pour couvrir les frais de formation et de reclassement des employés.

 

Les difficultés du commerce culturel ont été abordées ce 21 mai au Sénat lors des questions orales au gouvernement. En l'absence d'Aurélie Filippetti (Filipetti sur le compte-rendu du Sénat), Dominique Bertinotti, ministre déléguée auprès de la ministre des affaires sociales et de la santé, chargée de la famille, a répondu à Michel Teston (sénateur de l'Ardèche, groupe socialiste et apparentés), qui s'interrogeait sur les mesures en faveur de la librairie : 

 

Les mesures les plus urgentes ont été annoncées en mars, lors du Salon du livre, et seront mises en oeuvre courant 2013 : le fonds de soutien... (Mme la ministre s'interrompt, prise d'une quinte de toux) 

Mme Cécile Duflot, ministre de l'égalité des territoires et du logement. - ...sera abondé de 4 millions. Un fonds d'intervention en trésorerie, doté de 5 millions, sera créé. Des mesures complémentaires sont à l'étude : aménagement du cadre des marchés publics, renforcement des moyens alloués au commerce du livre via une contribution exceptionnelle. 

M. Michel Teston. - Merci. Ces mesures vont dans le bon sens. L'écart de taux de remise entre librairies indépendantes et grande distribution est considérable. Il faudrait garantir un taux de remise minimum de 35 %. Le prix unique doit être strictement respecté. Or des grands sites de vente en ligne comme Amazon offrent les frais de port : est-ce bien conforme à la loi de 1981 ?

 

A ce titre, rappelons que les 2 et 3 juin se tiendront les Rencontres de la librairie, à Bordeaux. Un rendez-vous où les instances s'attendaient à ce que la ministre annonce la mise en place d'un fonds de soutien, « la mesure la plus importante à nos yeux », soulignait le président du SLF, Mathieu de Montchalin. A ce détail près que, selon les informations de ActuaLitté, la ministre n'aurait rien prévu de tel dans son agenda.

 

Le Tribunal de Commerce de Paris siégera le 23 mai prochain pour évaluer l'offre de reprise de Cultura, mais également les modalités du PSE Virgin : Guy Olharan (CGT), Rafik Guerfali (CGC), Ahcène Bouzit (FO), Sylvain Alias (Sud), Noël Giuliani (CFTC), les auteurs de la lettre (à lire dans son intégralité ici), appellent de leurs voeux une rencontre avec Walter Butler et Laurent Parquet, pour préparer cette échéance.