Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

De Winnie l'ourson à Don Quichotte, RIP Jean Rochefort le Boloss

Cécile Mazin - 09.10.2017

Edition - Société - mort Jean Rochefort - Winnie ourson Rochefort - Quichotte Rochefort Gilliam


Plus de 100 films, une quarantaine de téléfilms, autant de pièces de théâtre, des lectures de contes, des histoires le samedi soir, un Don Quichotte maudit, des pitchs de classiques invraisemblables... Jean Rochefort est mort, et assurément, un grand monsieur nous quitte. 



Jean Rochefort - MajIngrams, CC BY SA 4.0


 

Certainement, de par sa passion pour le théâtre, les livres n’ont pas manqué dans la vie de Jean Rochefort. Dans les années 80, il allait conter aux enfants les aventures de Winnie l’ourson et de la forêt des rêves bleus à la télévision. 

 

Des livres, il en écrivit aussi : Ce genre de choses, chez Stock ou encore Le Louvre à cheval, chez Place des Victoires. Et puis, il prêta sa voix à des lectures, ou sa plume à des préfaces, comme pour le recueil de François Morel, Je veux être futile à la France. Et d’autres – il aimait beaucoup les chevaux...

 

Au cours de ces dernières années, il s’embarqua dans deux projets diamétralement opposés : d’abord avec le réalisateur Terry Gilliam, sur la tentative d’adaptation pour le cinéma de Don Quichotte, avec Johnny Depp. Mais non seulement le tournage fut catastrophique – frappé par une malédiction ? – mais surtout, Rochefort s’en est brisé le dos, à force de passer du temps à cheval. 

 

L’autre versant, plus au calme, ce fut cette activité de chroniqueur mondain dans un petit salon, mais déployant un vocabulaire très bobo factice, avec les Boloss des Belles Lettres. Des résumés d’œuvres classiques désopilantes, et complètement décalées. Diffusée sur France 5, cette pastille improbable collait tellement bien aux multiples personnages de Jean Rochefort. 

 

Pour le plaisir, voici le Petit Prince, mais l’on pourra retrouver avec bonheur celle de Madame Bovary, « Emma, elle se fait chier ! »

 


 

Cette moustache éternellement suspendue aux lèvres facétieuses (alors qu'il ne la portait que depuis ses 40 ans...), Jean Raoul Robert Rochefort l’a emportée ce 9 octobre 2017, à l’âge de 87 ans. Il figurait parmi les acteurs de la génération de Jean-Pierre Marielle et Philippe Noiret. Mais également Claude Rich ou Jean-Paul Belmondo, la fameuse Bande du Conservatoire, montée au début des années 50. 

 

Jean Rochefort demande à François Hollande d'“augmenter le budget de la culture”

 

Sa carrière d’acteur, débutée avec la compagnie Grenier-Hussenot dès 1953, se poursuivra sur les planches, puis au cinéma, avec Cartouche, en 1961. Sa passion pour l’équitation et les chevaux, reconnaissait-il, lui valut de tourner de véritables navets, qu’il avait lui-même baptisés « films-avoines ».

 

 

 

Sa voix, sa diction, sa nonchalance, et bien d’autres choses encore, comme cette curieuse malice que l’on pouvait lire...  Jean Rochefort laissera de bien beaux souvenirs à chacun.