Décès ce 30 juin de l'un des plus grands poètes anglais, Geoffrey Hill

Orianne Vialo - 04.07.2016

Edition - Société - Geoffrey Hill décès - poésie anglaise Geoffrey Hill - poésie décès poète


Pour beaucoup, Sir Geoffrey William Hill, dit Geoffrey Hill, faisait partie des poètes les plus distingués de sa génération. Considéré comme étant « l'un des plus grands poètes vivants de la langue anglaise »,  Geoffrey Hill donnait encore des cours de poésie à l'université d'Oxford jusqu'en 2015. Il a été reconnu comme étant l'un des principaux contributeurs à la poésie aux XXe et XXIe siècles.

 

 

C’est sur le réseau social Twitter que sa femme, Alice Goodman, a annoncé le décès de son conjoint. « S’il vous plaît, priez pour le repos de l’âme de mon mari, Geoffrey Hill, qui est décédé hier soir, subitement, sans douleur et sans crainte. » La nouvelle a également été publiée sur le site internet de l'Emmanuel College (Cambrigde), établissement où le professionnel de l'écriture avait donné des cours dans les années 80. 

 

(via The Guardian)

 

 

 

« Nous sommes désolés d'apprendre que le Professeur Sir Geoffrey Hill, membre de l'Emmanuel College de 1981 à 1988, puis membre honoraire du College, est décédé dans la nuit du 30 juin 2016. Les informations funéraires seront annoncées dès qu'elles seront disponibles », explique Emmanuel College.

 

De nombreux hommages 

 

Peu de temps après l’annonce de la tragique nouvelle, les hommages n’ont pas tardé à pleuvoir sur la toile. La page Twitter dédiée aux Forward Prizes for Poetry, un prix qui récompense chaque année des poètes publiant au Royaume-Uni et en Irlande durant l’année précédant la cérémonie, a adressé un message dédié à l’auteur. Dans ce dernier, les organisateurs du prix citent un extrait de poème de Geoffrey Hill. 

 

 

 

Le docteur Jeremy Noel-Tod, dont les recherches sont axées sur la littérature moderniste et la poésie contemporaine n’a pas manqué de rendre hommage au poète à sa façon, en espérant que le premier ministre britannique déclare l’anniversaire de Geoffrey Hill comme un jour férié.

 

 

 

Le poète Tom Cook, également président du groupe de lecture de poésie Twentieth-Century a quant à lui publié quelques vers écrits par Geoffrey Hill lui-même.

 

 

 

Un poète attaché à la poésie authentique

 

Né le 18 juin 1932 à Bromsgrove (Worcestershire, Angleterre), Geoffrey Hill cultive dès le plus jeune âge son goût très prononcé pour la poésie. Il a étudié la littérature à l'université d'Oxford — époque à laquelle il publie son premier pamphlet dès l'âge de 20 ans, Poems (1952)—, avant de devenir professeur de littérature anglaise à l'université de Leeds de 1954 à 1980. Il a également exercé en tant que professeur à Cambrigde de 1981 à 1988, puis à l'université de Boston de 1989 à 2000. (via Wikipédia)

 

Connu pour avoir rédigé King Log (éd. Dufour, 1968), The Triumph of Love (éd. Houghton, 1998), A Treatise of Civil Power, (éd. Penguin, 2006) ou encore Style and Faith (éd. Counterpoint, 2003), le poète était surtout apprécié pour ses différents styles d'écriture. En fonction du thème de ses ouvrages, l'auteur savait passer de l'écriture dense et allusive, à une écriture à la syntaxe simplifiée. Il défendait avec ardeur le droit des poèmes à l'écriture plus complexe, face à une demande croissante de poèmes à l'écriture simplifiée. 

 

Il accordait également un point d'honneur à rallier ses poèmes à l'histoire de Worcestershire, et à l'histoire anglaise, de façon plus générale. Paradoxalement, plus Hill acquérait de l'expérience dans l'écriture, plus son travail devenait plus difficile à comprendre tant il jouait sur les mots, les expressions, ou les phrases imagées. C'est d'ailleurs ce qui lui valut d'être admiré par ses pairs. (via The New York Times)