medias

Décès d'Anne Dufourmantelle : “Sa bienveillance manquera.”

Victor De Sepausy - 24.07.2017

Edition - Société - décès Anne Dufourmanttelle - psychanalyste théologienne - Var noyade enfant


Philosophe, mais également théologienne et psychanalyste, Anne Dufourmantelle est décédée ce 21 juillet à Ramatuelle (Var). Une noyade, dont la tentative de réanimation n’aura pas permis de la sauver. Collaboratrice régulière dans Libération, elle dispensait une douceur caractéristique de sa personne, selon ses proches.



 

 

Diplômée de Paris-Sorbonne — un doctorat en philosophie — ainsi que de l’université Brown, elle dirigera la collection L’autre pensée chez Stock. En 1997, elle publie son premier livre, avec Jacques Derrida, De l’hospitalité, chez Calmann-Levy.

 

Elle laisse une vingtaine d’ouvrages, dont Éloge du risque (2011), Intelligence du rêve (2012), Puissance de la douceur (2013) ou Défense du secret (2015). 

 

 

 

La ministre de la Culture, Françoise Nyssen, a fait part de ses condoléances à la famille, évoquant le parcours intellectuelle de la philosophe :

 

La disparition d'Anne Dufourmantelle est une triste nouvelle pour le monde littéraire et pour la pensée. Femme de lettres brillante et sensible, philosophe, psychanalyste, écrivaine, chroniqueuse dans Libération, elle interrogeait, notamment à la lumière de Spinoza, la puissance d'émancipation que recèle toute existence.

 

 

 

Enseignante à l'École nationale supérieure d'architecture de Paris la Villette, à l'Institut des hautes études en psychanalyse, à l'École normale supérieure, à la New York University, elle avait publié plusieurs essais remarquables qui mêlaient fiction, philosophie et psychanalyse : Intelligence du rêve en 2012 (Payot), Puissance de la douceur en 2013 (Payot), Défense du secret (Payot, 2015).
 

Dans nos temps troublés, elle appelait à la prise en compte par le débat démocratique, de la colère en tant qu'elle est, disait-elle, une « réaction à l'injustice, à la non-reconnaissance d'une souffrance ou tout simplement de ce que l'on est, ou à la trahison ». Cette reconnaissance lui semblait l'une des conditions du  réinvestissement du sens par les mots. Des rêves au deuil, elle a questionné les grands thèmes psychanalytiques avec subtilité et tendresse. 

 



La sauvagerie maternelle – Anne DufourmantelleRivages – 9782743636579 – 8,50 €