Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

Décès de l'alpiniste Maurice Herzog

Clément Solym - 14.12.2012

Edition - Société - Maurice Herzog - Félicité Herzog - Annapurna


Né le 15 janvier 1919 à Lyon, l'alpiniste et homme politique, Maurice Herzog s'est éteint la nuit dernière à l'âge de 93 ans. Il restera dans l'histoire comme le premier alpiniste à avoir vaincu un 8000. Le 3 juin 1950, il parvenait au sommet de l'Annapurna qui culmine à 8 091 mètres dans l'Himalaya, trois avant qu'Edmund Hillary ne parvienne en haut de l'Everest.

 

 

M0004064

 Patrick Peccatte, CC BY-NC-ND 2.0

 

 

Dans une France qui vient de sortir de l'épreuve de l'Occupation et de la Seconde Guerre Mondiale, Herzog fait figure de héros français. L'ancien résistant est immortalisé par une désormais célèbre une de Paris Match où on le voit brandissant un piolet avec un fanion tricolore.

 

Il n'en fallait pas plus pour que le général de Gaulle fasse de lui en 1958 le Haut-Commissaire à la Jeunesse et aux sports ; en 1963, il devient secrétaire d'Etat. Il devait faire figure de modèle pour la jeunesse. Avant de poursuivre le reste de sa carrière dans la politique et les affaires.

 

Il a également écrit plusieurs livres, mais le plus célèbre est sans aucun doute le récit de son exploit dans Annapurna, premier 8000, l'un des livres sur la montagne qui a connu le plus de succès. Un succès populaire aussi : 12 millions d'exemplaires ont été vendus.

 

Et cela en dépit des reproches qui lui seront faits concernant la véracité de son histoire. Les Carnets du vertige de Louis Lachenal (qui avaient été retouchés par Herzog à leur parution avant que le texte intégral ne paraisse en 1996), l'un de ses compagnons de cordée, remettent en perspective le rôle d'Herzog dans l'expédition.

 

Cette année c'est sa fille qui s'est attaquée au mythe. Félicité Herzog, dans son livre Un Héros, qui marche bien en librairie, dépeint un personnage pour le moins antipathique. Elle le montre comme un menteur et un « hémiplégique de la pensée ». Il paraît que Maurice Herzog a lu le livre, mais sa réaction n'a pas été communiquée.