Décès de l'écrivain, cinéaste et poète Gilbert Prouteau

Clément Solym - 03.08.2012

Edition - Les maisons - Gilbert Prouteau - décès - cinéaste écrivain poèteque


L'écrivain, réalisateur et poète Gilbert Prouteau est mort hier à son domicile de Cholet (Maine-et-Loire), à l'âge de 95 ans. Artiste complet, Prouteau s'est illustré comme romancier, poète ou encore cinéaste, au cours d'une longue carrière qui court sur tout le XXe siècle.


Affiche du film Dieu a choisi Paris, sorti en 1969

 

Le « touche-à-tout de génie » comme l'appelait le polémiste notoire Thierry Maulnier, est né en 1917 à Nesmy, en Vendée. Fringant athlète, il remporte en 1939 une deuxième place aux championnats d'athlétisme nationaux, mais remporte une médaille de bronze aux Jeux Olympiques de Londes, en 48, dans une toute autre catégorie.

 

En effet, à 64 années de Londres 2012, le CIO récompensait encore les activités artistiques, dans des catégories spécialement prévues à cet effet : c'est alors un poème qui fait monter l'athlète sur le podium. Par la suite, Gilbert Prouteau se consacrera à plein temps à l'activité créatrice.

 

Et il ne semble pas avoir perdu une minute : si ses poèmes sont d'abord tournés vers le sport (Rythme du Stade paraît en 1942), l'auteur se diversifie et obtient la reconnaissance de ses pairs : il s'illustre en composant des vers de façon « séditieuse et créatrice », juge Charles Le Quintrec. C'est l'époque où il côtoie le tout-Paris littéraire et artistique, de Cocteau à Dali, en passant par Montherlant, Picasso ou André Malraux, mais aussi où il passe très près du Goncourt (il ira à Jean Cau, pour La Pitié de Dieu, sic) en 61 avec son roman Le sexe des anges.

 

Il est également possible de revoir des oeuvres de Gilbert Prouteau sur grand écran, puisque l'homme de lettres fut également réalisateur, principalement de documentaires, comme Dieu a choisi Paris, coréalisé avec Phillipe Arthuys en 1969, avec un Jean-Paul Belmondo qui joue au cinéaste devant la caméra.

 

Si Prouteau avait mis sa carrière de cinéaste entre parenthèses, il ajoutait chaque année de nouveaux titres à sa bibliographie : en 2010, il publiait ainsi une monographie sur la Vendée aux éditions Geste, tandis qu'en début d'année, un nouveau recueil de poésie, La Nuit des jours, avait fait son entrée en librairie.