Décès de l'écrivain et philosophe féministe Françoise Collin

Clément Solym - 05.09.2012

Edition - Société - françoise collin - décès - féminisme


Françoise Collin, philosophe et écrivaine belge, est décédée samedi dernier, 1er septembre, à l'âge de 84 ans.

 

 

Romancière, philosophe et essayiste, Françoise Collin occupait une position singulière dans le paysage intellectuel féministe depuis 1973 où elle fonda les Cahiers du GRIF (revue féministe). Intéressée par ce qu'elle nommait le « différend des sexes », elle s'est penchée sur une réflexion nuancée du féminisme qu'elle a découvert aux États-Unis, et jamais dogmatique.

 

C'était « une aventure à la fois individuelle et collective, intellectuelle et politique, mobilisant les forces et l'imagination pendant des années. Un long trajet de vie et de pensée », confiait-elle lors d'un entretien.

 

 

Elle a notamment publié Le Sexe des sciences : les femmes en plus, Éditions Autrement, 1992 ; Le Différend des sexes, Pleins Feux, 1999 ; Maurice Blanchot et la question de l'écriture, Gallimard, Coll. Le Chemin, 1971 (rééd. coll. Tel, 1988) ; Repenser le politique : l'apport du féminisme américain, sous la direction de Françoise Collin et Pénélope Deutscher, Ed. Campagne première, 2005 ; Les femmes de Platon à Derrida. Anthologie critique, avec Pisier Evelyne et Varikas Eleni, Paris, Dalloz, 2011.