Décès de Leonard Fein, pionnier de la sociologie juive américaine

Cécile Mazin - 19.08.2014

Edition - International - Leonard fein - communauté juive - judaisme américain


Né le 1er juillet 1934, Leonard Fein a vécu dans le Bronx. Militant intellectuel, on lui doit une grande production de livres sur les juifs contemporains, le judaïsme, et comme il le disait lui-même, « les relations souvent orageuses entre les juifs et le judaïsme ». Il est décédé la semaine passée à 80 ans, à Manhattan.

 

Leonard Fine

Daniel J. Sieradski, CC BY ND 2.0 

 

 

Fondateur d'un magazine et de plusieurs organisations luttant contre la faim et l'illettrisme, Leonard Fein fut un chroniqueur intervenant dans plusieurs parutions, depuis le Jewish Daily Forward, en passant par le New York Times. Pacifiste convinacu, et défenseur d'Israël, il fut un observateur perspicace de la communauté juive américaine. 

 

Tout à la fois fasciné par la nature complexe, et la diversité des Juifs aux États-Unis, il appréciait les côtés parfois contradictoires de la communauté contemporaine. 

 

Sa publication, Moment, était devenue l'une des sources les plus influentes dans la communauté. Il quittera la direction en 1987, préférant l'oeuvre caritative, jusqu'à la création de Mazon, qualifiée de « réponse juive au problème de la faim ». Il lèvera en quelques mois près de 4,5 millions $ de subventions pour mener à bien sa mission. 

 

À la fin des années 90, il se consacrera à combattre l'illettrisme, avec un programme pilote démarré à Boston, en 1997. Il fut « un des pionniers de la sociologie juive américaine, et de l'application de la recherche en sciences sociales, pour l'amélioration des conditions de vie de la communauté juive américaine, de diverses manières », assure un proche, Leon Wieseltier, cité par le NY Times.

 

Au cours de sa vie, il multiplia les parutions de livres, dont les thématiques recouvrirent l'ensemble des réflexions et actions qu'il put mener au cours de sa vie.