Décès de Michel Galabru, “une voix reconnaissable entre toutes“

Cécile Mazin - 05.01.2016

Edition - Société - Michel Galabru - acteur France - cinéma décès


Un morceau – immense – du cinéma français s’est éteint : l’ancien pensionnaire de la Comédie Française, Michel Galabru est mort. Et avec lui, il emporte un pan du cinéma, où il apportait « quelque chose d’unique, un peu de folie, de démesure, de fantaisie et beaucoup d’humanité », assure Fleur Pellerin.

 

 

 

Acteur immense, et émouvant, notamment avec Louis de Funès à ses côtés, Michel Galabru prit également part, à de nombreuses reprises, à des enregistrements de livres audio. Pierre et le Loup, Les contes de Grimm ou encore les Fables de La Fontaine ou Peter Pan, Ali Baba, il fut acteur en prêtant sa seule voix. On lui doit également des grands classiques, comme L’Iliade et l’Odyssée.

 

« C’était une figure, une voix reconnaissable entre toutes, une personnalité d’une extraordinaire puissance comique. Au théâtre, il avait un sens de la salle, un instinct, un don qui n’appartiennent qu’à très peu de comédiens, pour établir en quelques secondes le contact avec le public », poursuit la ministre de la Culture.

 

Il publia également plusieurs ouvrages, dont une autobiographie dernièrement, Tout est comédie, avec Sophie Galabru, sa petite-fille (Cherche Midi, 2013). Une existence bien remplie, six décennies de présence sur scène et plus de deux cent cinquante films: Michel Galabru a acquis une solide expérience du spectacle et de la vie. Des années sur les planches et les plateaux, des compagnons de route légendaires, une gourmandise de tous les instants lui ont permis de se forger une philosophie intime, à la fois originale et irrésistible.

 

Né le 27 octobre 1922 à Safi au Maroc, il se destinait à devenir footballeur, avant d’arriver à Paris et d’entrer au Conservatoire des arts dramatiques. Il sut camper des rôles aussi éloignés que dans La Cage au folles, ou en 1998 avec Astérix et Obélix, où il incarnait Assurancetourix...