Décès de Pierre d'Ovidio, amoureux du Poitou et du polar

Victor De Sepausy - 02.04.2019

Edition - Société - Pierre Ovidio décès - auteur polar - romancier Poitou terroir


Auteur de polar très populaire dans le milieu, l’écrivain Pierre d’Ovidio est décédé la semaine passée. Né à Paris le 20 juillet 1949 — chose qui aura durablement orienté ses choix — il résidait dans la Vienne. C’est dans les années 80, en découvrant l’auteur Henri Calet, qu’il va se mettre à l’écriture. 


© Jean-Pierre Raulot
 

Passionné d’histoire — il obtiendra une maîtrise en la matière, ainsi qu’un DEA en Histoire de l’Art – Pierre d’Ovidio était amateur de peinture, lithographie et gravure. 

Son premier roman, La vie épatante, fut publié chez Phébus en 1995, et six ans plus tard, il entame son premier virage vers la littérature policière : Demain c’est dimanche sort en 2001, et s’ancre dans le Poitou, région où il s’était installé. Deux autres ouvrages sortiront dans la foulée, toujours inscrits dans ce territoire.

C’est à partir de 2011 qu’il débute une série pour la collection des éditions 10-18, Grands détectives. C’est cette fois la capitale, durant la période de l’Après-guerre, qui l’intéresse. 

Son dernier roman, La tête de l’Anglaise, est paru en septembre 2016 chez Jigal. Ces dernières années, il avait également une chronique dans le magazine L’Actualité Poitou-Charentes, devenue L’Actualité Nouvelle-Aquitaine, nommée Routes.


Commentaires
Je l'avais perdu de vue mais sa mort me touche. Nous avons été très proches autrefois... Amicale pensée à sa famille, à Brigitte et Damien

Patrick Thiébaut
Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.