Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

Décès du poète 'd'âme mexicaine' Juan Gelman

Julien Helmlinger - 15.01.2014

Edition - International - Décès - Poète - Juan Gelman


Ce mardi, après une hospitalisation, l'Argentin Juan Gelman, lauréat du Prix Cervantes 2007, considéré comme l'un des plus grands poètes de langue espagnole, est décédé à son domicile de Mexico à l'âge de 83 ans. Il avait quitté son pays natal il y a plus de 20 ans, suite au coup d'Etat de 1976. Son décès a été annoncé par le journal mexicain Milenio, dans lequel l'écrivain tenait une chronique hebdomadaire, sans que la cause ne soit précisée.

 

 

 CC by 2.0 par Victor Santa Maria

 

 

Fin de l'exil pour l'ennemi de la dictature en Amérique latine, pour l'homme de lettres qui souffrait de syndromes myélodysplasiques, maladies de la moelle osseuse ou du sang, selon les médias mexicains. Par le biais de son compte Twitter, le président du Conseil national pour la culture et les arts, Rafael Tovar, a déclaré : « Juan Gelman, poète d'âme mexicaine, poète majeur, est mort. Mes condoléances à ses proches. »

 

Né à Buenos Aires, fils d'émigrants ukrainiens, il s'est notamment épanoui au travers des classiques de la littérature espagnole, de la musique, du football, en fréquentant les cafés et les femmes. Non seulement poète, l'homme était également fin analyste politique. Son oeuvre a été récompensée de certains des plus prestigieux prix accordés aux écrivains hispanophones, notamment le Cervantes, et le Prix de la Reine Sophie en 2005.

 

Sa vie aura été marquée par le coup d'Etat mexicain et la dictature militaire qui s'ensuivit entre 1976 et 1983. En raison de leur dissidence, son fils Marcelo a été assassiné, tandis que sa belle-fille Maria Claudia Gracia a disparu, enlevée à Buenos Aires, enceinte, en 1976. Elle aurait été emmenée en Uruguay dans le cadre du plan Condor, visant à réprimer les opposants aux dictatures d'Amérique latine.

 

Bien que le poète se soit battu pendant une quarantaine d'années pour retrouver sa belle-fille et obtenir justice, elle est demeurée introuvable, et sa progéniture, une fille, a été confiée illégalement à la famille d'un policier uruguayen.