Décès du professeur et philosophe Jean-François Mattéi

Julien Helmlinger - 25.03.2014

Edition - International - Jean-François Mattéi - Philosophe français - Décès


Ce lundi, à Marseille, s'est éteint le philosophe Jean-François Mattéi, qui comptait au rang des professeurs de l'Institut universitaire de France, et a notamment enseigné au sein de l'université Nice Sofia Antipolis. L'enseignant de philosophie et de politique était également écrivain, et à l'âge de son décès, 74 ans, il laisse derrière lui nombre d'essais, traitant parfois de penseurs antiques, comme Pythagore ou Platon, mais aussi de figures littéraires plus récentes, comme Heidegger, ou encore Albert Camus, plus dernièrement...

 

 

 

 

Jean-François Mattéi est né le 9 mars 1941 à Oran, en Algérie, au sein d'une famille française, avant de faire ses études au sein de l'université d'Aix-en-Provence, et de quitter le pays natal définitivement en 1962, année de l'indépendance. Apprécié par la communauté pieds-noir et harkis, l'érudit fut notamment l'invité de la ville de Nice en diverses occasions.

 

Diplomé de l'Institut d'études politiques d'Aix-en-Provence (IEP), et agrégé en philosophie, Jean-François Mattéi a été l'élève de Pierre Aubenque et Pierre Boutang. Il a ensuite longtemps enseigné à l'université de Nice Sophia Antipolis, avant de prendre sa retraite en tant que professeur émérite en 2007. Il était également professeur à l'IEP jusqu'en 2012, rappelle l'AFP.

 

Mattéi était un intellectuel engagé. Parmi ses œuvres les plus connues, est notamment évoqué Où va l'humanité ?. Un bouquin qui s'intéresse aux enjeux éthiques et sociétaux qui ont trait à l'avenir de notre espèce, à l'heure des nouvelles technologies, un questionnement sur les dangers du transhumanisme qui pourrait remettre en question la nature de l'homme.

 

Ou encore l'un de ses derniers essais est paru aux éditions du Cerf, en novembre 2012. Intitulé L'Homme indigné, celui-ci se penche sur le thème du sentiment de révolte, en s'appuyant sur des réflexions de penseurs comme Dostoïevski, Philip Roth, Nietzsche ou encore Tom Wolfe...