Décès du romancier Yal Ayerdhal. Ciao, camarade

Nicolas Gary - 27.10.2015

Edition - Société - Yal Ayerdhal - camarade romancier


C’est la nouvelle qui fait mal, et qui ramène au triste rôle que la presse a, parfois. Annoncer le décès de personnalités qui nous sont lointaines, inaccessibles, ou simplement inconnues nous maintient à distance respectable de la douleur. C’est quand cela frappe très près, que l’on prend l’uppercut directement. 

 

Yal Ayerdhal à la librairie Violette and Co. présentait son roman, Rainbow Warriors (mai 2013)

 

 

Annoncer le décès de Yal Ayerdhal n’a rien de commun avec des nouvelles froidement tombées sur le scripteur de la rédaction, par le fil des dépêches AFP. Pour qui ne l’a pas connu, la fiche Wikipedia est bien renseignée, pour la bibliographie et son parcours de romancier.

 

On y rappelle même qu’Ayerdhal avait pris l’initiative de monter le collectif Le Droit du serf, qui a lutté contre plusieurs actions menées par les instances – la dernière en date étant la loi sur la numérisation des œuvres indisponibles

 

Son éditeur, Le diable Vauvert a lâché une simple image, et certainement qu’il n’en aurait pas voulu plus.

 

Hélas Ayerdhal n'est plus, lisez ses livres, les écrivains ne meurent jamais.

Posté par Au Diable Vauvert sur mardi 27 octobre 2015

 

Et puisqu’il est parfois permis de parler des relations, voici une brève anecdote, qui montrera ce que pouvait être l’homme. Ayant besoin de joindre une romancière, je lui en demandais les coordonnées. Et à tout hasard, je voulais savoir s’ils étaient proches. « Non », me répondit Yal. « Mais tu peux quand même l'appeler de ma part. Ça fait toujours chic de se recommander d'un écrivain inconnu. »

 

Salut, camarade.

 

Par l'immensissime Mandy sur une photo de l'incrédibubble Emmanuel. Et, avec Naïs sur l'épaule, j'ai peur de rien. D'autant moins que c'est Sara qui pilote le croiseur.

Posté par Yal Ayerdhal sur mercredi 1 avril 2015

 

Écrivain de science-fiction, grand amateur de Ray Bradbury, Yal Ayherdhal s’était par la suite engagé sur la voie du thriller. Il a entre autres obtenu deux grands prix de l’Imaginaire, deux prix Ozone, un prix Tour Eiffel de science-fiction, un prix Michel-Lebrun, un prix Bob-Morane, un prix Rosny aîné et un prix Cyrano pour l’ensemble de son œuvre et de ses actions en faveur des auteurs.

Parmi ses livres les plus connus, L’Histrion, ou encore Étoiles mourantes. Le Diable Vauvert doit faire paraître prochainement Kwak, Cibione 5, une œuvre de SF. Il y raconte l’histoire d’une planète « rustique, technologiquement indigente, où l’arme la plus dangereuse est l’arbalète et la non-violence de rigueur ».

 

MàJ : Le Diable Vauvert nous apprend que Kwak, Cybione 5, ne paraîtra pas, parce qu'il n'a pas pu être achevé. En janvier prochain c’est la suite de L’Histrion qui sortira : Sexomorphoses. Il s'agit là d'une réédition.