Déclin des revenus d'auteurs : l’Angleterre appelée à agir immédiatement

Heulard Mégane - 13.06.2019

Edition - Economie - APWB - revenus des auteurs - rémunération écrivain


Ce mardi 11 juin, une « action immédiate pour inverser la forte baisse des revenus des écrivains », suite à l'enquête sur la rémunération des auteurs, réalisée par le All Party Parliamentary Writers Group (APWG). Les préoccupations et les améliorations proposées ont été présentées dans un rapport de 23 pages intitulé : « Soutenir les écrivains de demain », lors de la réception d’été du groupe à la Chambre des communes, organisée par son président, John Whittingdale.

Dr. shordzi — CC BY-SA 2.0

 
L’APWG a proposé une série de recommandations pour assurer un meilleur soutien aux auteurs, tout en améliorant l’engagement du gouvernement envers les créateurs. La protection du secteur de l’édition ainsi que l’équité sur le marché de la vente de livres sont des points cruciaux du rapport. 

Ce sont près de 30 auteurs et organismes du secteur qui ont contribué à l’enquête. Parmi eux, citons : l'Association of Authors’ Agents, la Society of Authors, la Writers’ Guild of Great Britain, la Publishers Association, l'Authors’ Licensing and Collecting Society (ALCS), l'Alliance of Independent Authors et Hachette UK.

Les conclusions du rapport montrant que les écrivains gagnent désormais moins sont universelles. Elles font écho à l’enquête de l’ALCS publié l’année dernière, qui a montré que les revenus moyens des écrivains tombaient à 10.500 £ par an, soit une baisse de 15 % depuis 2013.

Le rapport dit : « Presque toutes les réponses à l’enquête suggèrent une réduction des revenus des auteurs, comme en témoignent les résultats des enquêtes de l’ALCS de 2005, 2013 et 2017. »
 

Des difficultés aux origines multiples 


De plus, les auteurs sont confrontés à d’autres obligations préoccupantes : « Les auteurs, en particulier ceux qui écrivent pour les enfants, gagnent généralement leurs revenus par des visites à l’école, les centres communautaires et les festivals littéraires. [Ils] affirment que certaines écoles commandent moins de visites en raison de contraintes budgétaires, même lorsque ces visites peuvent faire partie d’une éducation variée et interactive. »

Les complications du Brexit ont également pesé sur les conclusions de l’enquête, notamment en ce qui concerne le risque de « perturbation du régime britannique du droit d’auteur, qui repose sur un corpus important de lois européennes en vigueur ».

Ils ont également exprimé la crainte qu’une baisse des ressources ne décourage les nouveaux écrivains à se lancer dans la profession – risquant d'engendrer un manque de diversité pour le secteur.
 

Les poètes, en particulier, luttent pour survivre financièrement, selon le rapport. « Il a été suggéré que les auteurs de poésie trouvent qu’il est particulièrement difficile de maintenir un gagne-pain... les petits éditeurs de poésie qui encouragent les auteurs intermédiaires coupent leurs recherches de nouveaux talents, y compris Enitharmon Press qui a cessé 2017 après avoir perdu le financement de l’Arts Council England. »
 

Les améliorations soumises 


La formation d’un Conseil des créateurs a été avancée « pour améliorer la compréhension générale de la valeur du droit d’auteur, de la propriété intellectuelle et de la façon dont les auteurs devraient être récompensés pour leur travail, ainsi que pour aborder des questions comme la diversité ».

L’APWG a mentionné la protection nécessaire du secteur de l’édition après Brexit. Le soutien aux auteurs pourrait également passer par la modification des lois en matière de fiscalité et de prestations. Enfin, elle a appelé à « l’équité sur le marché de la vente de livres » en réduisant la TVA sur les livres électroniques.
 

Des avis mitigés 


Tony Bradman, écrivain pour enfants et président du conseil d’administration de l’ALCS, a déclaré : « Il est plus difficile que jamais de gagner sa vie en tant qu’écrivain professionnel. Ce n’est pas juste et l’adoption des recommandations du rapport serait un très bon moyen de commencer à s’attaquer au problème .»

Néanmoins, un autre organisme qui a contribué au rapport, Alliance of Independent Authors, estime que les résultats ne reflètent pas entièrement la réalité. Orna Ross la fondatrice déclare : « Tant que les organisations d’auteurs n’auront pas compris que le paysage mondial de l’édition a changé et que les auteurs sont souvent mieux lotis lorsqu’ils continuent à s’autoéditer, ils continueront de patauger dans des revenus inférieurs à la normale. »


Via The Bookseller



Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.