Déconfinement : rouvrir les bibliothèques le 11 mai “n'est pas souhaitable”

Antoine Oury - 28.04.2020

Edition - Bibliothèques - bibliotheques reouverture - bibliotheques deconfinement - bibliotheques coronavirus


En préparation de sa stratégie de déconfinement, qui doit être présentée d'une manière plus ou moins détaillée par le Premier ministre à l'Assemblée nationale ce 28 avril, le gouvernement a largement consulté les différents secteurs d'activité. Notamment les bibliothécaires, entendus à l'occasion d'une réunion le 21 avril dernier. Un constat s'impose : « La réouverture au public n’apparait pas souhaitable » à partir du 11 mai prochain.

Bibliothèque Fourche
La bibliothèque Fourche
(photo d'illustration, Réseau des médiathèques de Clamart, CC BY 2.0)


Dans le compte-rendu de la réunion du 21 avril dernier, qui a réuni le ministère de la Culture, des conseillers du service Livre et Lecture et des représentants d'associations de personnels des bibliothèques, et qu'ActuaLitté a pu consulter, on peut lire, dès la phase 1 du déconfinement, que « [l]a réouverture au public n’apparait pas souhaitable ». Il faudra donc vraisemblablement rallonger les prêts, et les lecteurs prendront leur mal en patience...

Les associations professionnelles de bibliothécaires ont insisté sur les difficultés à s'assurer du respect des règles sanitaires et des bonnes pratiques, alors que le confinement a vu l'apparition de services de portage à domicile ou de retrait des réservations, parfois sous la pression des élus. Aussi, l'accueil du public semble trop risqué pour les personnels.

Toutefois, les professionnels proposent la reprise d'un certain nombre de services, comme « [l]a mise en place de services de retrait ou de portage de documents, préalablement réservés par les usagers », sous réserve de points de vigilance et sous certaines conditions, sans accueil du public dans les locaux et de manière synchronisée avec d'autres services, comme le portage des repas aux personnes fragiles. Le retour des documents sera possible, mais un protocole strict de décontamination devra être mis en œuvre.

Les associations professionnelles souhaitent par ailleurs un retour du personnel dans les locaux limité aux activités nécessaires uniquement, avec une protection des personnels fragiles et la mise à disposition d'équipements de protection.
 
La phase 2 évoquée lors de la réunion pourrait voir les usagers de retour dans les établissements : l'hypothèse du mois de juillet est alors lancée. Les associations proposent alors un mode « dégradé », avec des aménagements assez lourds. Réduction des horaires, manipulation des collections réservée aux personnels, maintien des documents rendus en quarantaine...

Viendrait ensuite une phase 3, qui relève pour l'instant d'une projection quasi futuriste, étant donné le manque d'informations sur l'évolution de la pandémie et l'occurrence d'une possible seconde vague de contaminations. Peut-être à partir de la rentrée de septembre, donc, « [r]eprendraient, en plus de l’accueil des usagers dans les espaces, les animations culturelles et ateliers, les accueils de groupes et le travail avec les scolaires ».

 

mise à jour 18h : 


Dans son discours, le premier ministre, Édouard Philippe, considérera que les craintes sont infondées : « S’agissant des activités culturelles, parce qu’ils peuvent fonctionner plus facilement en respectant des règles sanitaires, les médiathèques, les bibliothèques, les petits musées si importants pour la vie culturelle de nos territoires pourront ouvrir leurs portes dès le 11 mai. »


Commentaires
Réouverture possible dès le 11 mai ? Tant mieux pour les usagers. Mais camouflet pour les professionnels. Cadeau aux élus via l'AMF ? Manque de responsabilité et posture électoraliste ? Rien d'autre à ajouter à part qu'on va faire le job...comme d'habitude, mais masqués. Le 11 mai, quand même !! Même si ce n'est qu'une possibilité...Je n'aurais pas dit non à une annonce de réouverture un peu moins précipitée...
Je ne connais aucune bibliothèque qui a réouvert dès le 11 mai, les municipalités ont tout de même du bon sens et elles ont su freiner les décisions irresponsables. Dans ma région, quand les bibliothèques en ont les moyens matériels (locaux, sas d'entrée, etc...), elles prévoient d'organiser progressivement les commandes sur catalogues, les livraisons en drive et bien sûr la décontamination (10 jours dans un local dédié) des livres. La réouverture (avec précaution bien sûr...) n'est pas prévue avant juillet. Les bibliothèques qui ne peuvent pas proposer cette organisation restent fermées.
Je ne comprends pas pourquoi ouvrir les bibliothèques ou les documents sont manipulés par plusieurs personnes ou les ordinateurs sont consultés par plusieurs usagers et ou on accueille 100 personnes en une journée et les musées restent fermés alors qu'on ne touche rien dans un musée ? Une bibliothécaire....
Bien que belge,j'ai une carte de lecteur (chercheur) de votre fabuleuse Bibliothèque nationale.

Je m'y rends trois à quatre fois par an pour des recherches dans des sources inexistantes en Belgique.

Là on consulte mais on n'emprunte rien, sur aucun des sites dont celui de Tolbiac.

Je n'ai pas encore lu ni entendu d'infos au sujet de cette institution qui concerne tant d'usagers,y compris étrangers.

Je me demande combien de temps la fermeture persistera et j'espère que la question sera soulevée sur le plan médiatique.

Triste année 2020...!

NAUWELAERS

NAUWELAERS
Je n’en reviens pas... mais pourquoi a-t-on fermé en fait ? Si c’est pour rouvrir le 11 comme si de rien n’était... on va récupérer des milliers de documents potentiellement contaminés et les prêter à nouveau ?

On va accueillir des centaines de personnes tous les jours sans possibilité de désinfecter ? C’est vraiment d’une inconséquence... à l’image de cette gestion calamiteuse depuis des semaines .
Je pense que C'est possible pour les petites structures en limitant le nombre de personnes autorisées à entrer et en faisant un traçage au sol. Comme dans les supermarchés. Mettre les livres en retour dans des caisses fermées pendant plusieurs jours. Ne prêter que feux livres à la fois. Port de masque obligatoire et désinfection des mains. Les mairies doivent organiser tout cela. Moi je rouvrira début juin après le premier bilan du deconfinement.
et tous les docs qu'ils touchent en choisissent on va les suivre et désinfecter après eux?
Que craindre de lecteurs masqués dont les mains auront été savonnées ou hydroalcoolisées à l'entrée ?
Il faut penser au lecteur et pas seulement au bibliothècaire qui peut travailler chez lui. Le lecteur, qui n'a pour pas d'argent pour acheter des livres, dans les librairies fermées pour la plupart, ou qui ne peut pas commandé des livres sur Amazon, ou qui ne peut pas lire sur une tablette, car tous les livres ne sont pas sur internet, ou sur les réseaux des bibliothèques, loin de là. Alors que doit il faire sans livre, si c'est principale occupation ? Que peut faire le lecteur qui ne peut plus consulter les archives, la bibliothèques nationale, le Centre Pompidou et sa bibliothèque ou la bibliothèque universitaire.

La solution en attendant est d'ouvrir pendant plus d'heures de travail, pour limiter le nombre de personnes, les bibliothèques de mairies et encourager le prêt à domicile de livres, d'hebdomadaires etc.

IL est temps de penser au lecteur et pas seulement au bibliothècaire.

YOYO
Personnellement, je ne pense pas qu'à moi mais justement au public. Le notre est plutôt âgé. Les conditions sanitaires ne peuvent être respectées ( interdiction de toucher aux livres ? Ou si on en touche un, emprunt obligatoire..) Entre le plaisir de la lecture, que je comprends complètement, et mettre en danger un public que j'aime, j'ai choisi. Je pense que vous n'avez pas eu personne de malade dans votre entourage ou de décès, cela changerait sûrement votre vision des choses.
Comment pouvez-vous penser cela ? Même si je peux comprendre votre demande, j'en reste sans voix... Les bibliothèques ne refusent pas d'ouvrir, elles refusent de le faire n'importe comment et à n'importe quel prix ! Ce qui me surprend le plus c'est de constater à quel point d'un coup, les bibliothèques sont devenus "indispensables, nécessaires..." un livre pour survivre !!! Cela fait des années que je fais ce métier par amour des livres, de la lecture, et de mes lecteurs, mais savez-vous qu'il nous faut toujours nous battre pour dire et faire reconnaître notre utilité, notre "importance", pour faire comprendre ce que l'on peut apporter à la population, au plus démunis, et j'en passe. Et oui, une bibliothèque dépense plus qu'elle ne rapporte ! Donc... Et maintenant nous voilà devenu "important, utile voir vitale !". Et bien je refuse de risquer ma vie par intérêt, même pour mes lecteurs qui me manquent et que j'espère de tout coeur retrouver rapidement. Il y a tout de même sur internet bp de possibilité, livre à télécharger gratuitement, ou à écoute, sans compter tout ce que les bibliothèques proposent sur leur portail. Oui bien sûr, ce n'est pas pareil, cela ne répond peut être pas à votre attente, mais en attendant... Cela peut dépanner non !
Les bibliothèques de mairie ? Visiblement vous n'y connaissez pas grand chose. La question n'est pas de vouloir à tout prix protéger les bibliothécaires, la question est de protéger TOUTE la population en ne faisant pas n'importe quoi pour que l'épidémie ne flambe pas à nouveau. Vous parlez d'ouvrir plus longuement mais avec quel personnel ? Savez-vous que beaucoup de nos structures sont sous professionnalisées et que beaucoup d'entre nous doivent du coup travailler avec des bénévoles, souvent âgées qui ne pourront pas venir nous aider pour allonger les heures d'ouverture et faire respecter les règles sanitaires. Que beaucoup d'entre nous ne possèdent pas de boite de retours, de local pour pouvoir stocker les livres à laisser en quarantaine ? Vous n'avez pas compris qu'à travers ses inquiétudes des bibliothécaires, c'est à la population que nous pensons...
Que dire ? que je ne veux pas mourir pour des élus incompétents. C'est comme en 14, envoyant nos soldats au pantalon rouge face aux mitrailleuses allemandes à l'image de Péguy et de sa compagnie qui se sont fait tuer suyr la plaine de Meaux bibliothécaires en première ligne, les vivants écriront sur nos morts en héros. La bêtise reste humaine
Livre circulation

Amis lecteurs l’orque vous lirez, mettez vos gants, et n atchoumez pas dans les pages On ne nettoiera que les couvertures . !!
Lire un livre avec des gants ?

Jamais essayé mais je crains que cela diminue très fort le plaisir de lire un livre papier...

Je peux certes me tromper mais je n'y crois pas trop et j'adore lire.

CHRISTIAN NAUWELAERS
Un point important pas évoqué dans les commentaires est la question de la confiance des lecteurs. Comment leur donner confiance pour qu'ils aient envie de revenir emprunter un livre ayant potentiellement été manipulé par un nombre important de personnes ?

A mon avis il faudrait d'abord proposer un service de récupération de livres commandés en "drive", pour permettre aux gens qui ne peuvent se procurer des livres par ailleurs d'en avoir. Et bien communiquer sur la mise en quarantaine et la désinfection des livres pour rassurer(quarantaine obligatoire car on ne désinfectera pas chaque page).

Dans un deuxième temps proposer des accueils individuels sur rdv (ou en nombre très limité si très grande surface dans la bib) qui permette le choix sur place avec conseils du bibliothécaire, avec gel hydroalcolique à l'entrée et port du masque par tous obligatoire.

Puis si la situation sanitaire s'améliore, accueillir en nombre limité dans la bibliothèque (en fonction des mètres carrés) avec respect des distances à l'aide de marquage au sol, entrée sortie séparée, temps limité à 20 min dans la bib pas ex. Nécessitera du personnel destiné à la surveillance du respect de tout cela et un entretien régulier et accru des locaux, poignées de porte, sanitaires.

Les collectivités seront-elles en mesure de mettre tout ce la en place ? Va-t-on demander à nos bénévoles âgés (potentiellement + à risque) de reprendre du service aux côtés du faible nombre de salariés comme c'est souvent le cas ???

J'ai confiance en les associations professionnelles qui nous donneront les arguments pour négocier avec les élus qui sont souvent trop mal informés et naïfs sur nos questions professionnelles.
Il semblerait que le virus disparaisse en 2 jours sur le papier et entre quatre et sept jours sur du plastique.

Avec un système de drive et de quarantaine pendant une semaine et nettoyage des couvertures avant de prêter les documents.

Pourquoi pas en attendant des jours meilleurs ? si le public ne rentre pas dans la médiathèque et que le personnel est protégé ?
Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.