Découvrir la lecture avec Roald Dahl : 6000 livres offerts pour Partir en livre

Cécile Mazin - 27.07.2016

Edition - Société - Roald Dahl Gallimard - Partir livre jeunesse - Gallimard jeunesse livret


À l’occasion du lancement de la manifestation Partir en livre, les éditions Gallimard jeunesse et le Centre national du livre ont offert 6000 exemplaires d’un ouvrage dédié à Roald Dahl. Entre la sortie du film, Le Bon Gros Géant, et le centenaire de la naissance de l’auteur, l’écrivain est à l’honneur. Et son héroïne, Matilda, a pu faire des heureux.

 

 

 

 

Audrey Azoulay, ministre de la Culture, expliquait à ActuaLitté, lors du lancement de la manifestation : « Nous avons une littérature jeunesse extraordinaire en France, une littérature très variée, des auteurs ou illustrateurs formidables. Nous avons aussi de très bons éditeurs jeunesse. Nous avons un Salon du livre jeunesse qui est remarquable. Nous pourrions davantage promouvoir et exporter à l’étranger ce talent qu’a la France pour la littérature jeunesse» 

 

Lors de l’inauguration de la fête du livre pour la jeunesse, au Parc éphémère d’attractions littéraires monté à Pantin, 6000 enfants ont pu recevoir le livre Roald Dahl ; Ce dernier contient un texte de l’auteur sur la lecture, ainsi que les chapitres 1 et 7 de Matilda, les « secrets d’écriture de Roald Dahl », ainsi que des jeux et un quiz sur les personnages les plus emblématiques de son l’œuvre.

 

À lire aussi : Dix choses que vous ignorez sur Roald Dahl​

 

Les livres et l’esprit de Roald Dahl sont un étendard idéal pour « Partir en livre », manifestation populaire et festive qui veut transmettre à tous le plaisir de lire, car pour l’auteur, « si un enfant apprend très jeune à aimer les livres, il a un immense avantage dans la vie ». « J’adore aider les enfants à devenir des lecteurs, à être à l’aise avec les livres et à ne pas se sentir intimidés », disait encore l’auteur de Matilda.

 

« J’essaie d’écrire des histoires qui les saisissent à la gorge, des histoires qu’on ne peut pas lâcher. Car si un enfant apprend très jeune à aimer les livres, il a un immense avantage dans la vie. »

 

À retrouver la critique du BGG, le film de Spielberg