medias

Défendre le droit d'auteur en 2014 : Vincent Montagne (SNE)

Antoine Oury - 10.01.2014

Edition - Les maisons - SNE - voeux 2014 - Vincent Montagne


Ce jeudi 9 décembre a vu les membres et proches du Syndicat national de l'édition rassemblés au sein de son siège du boulevard Saint-Germain, pour la traditionnelle expression des voeux 2014. L'occasion, également, de dresser un bilan de l'année 2013, marquée par la disparition des chaînes de librairie Virgin et Chapitre et un repli relatif du marché du livre. Le monde de l'édition a visiblement réagi par la solidarité.

 

 

Vincent Montagne, SNE

Vincent Montagne, président du SNE (ActuaLitté, CC BY-SA 2.0)

 

  

À tout seigneur, tout honneur, c'est bien entendu Vincent Montagne qui se dirige derrière le pupitre pour porter la voix de l'édition : « L'année qui s'annonce est une année de commémorations historiques : les deux Guerres mondiales, bien sûr, mais aussi la chute du Mur de Berlin, ou le 50e anniversaire de la reconnaissance de la Chine de Mao par De Gaulle. »

 

"Il y a un arc-en-ciel dans mon coeur, je ris et je pleure à la fois"

Tchang, dans Le Lotus bleu, cité par Vincent Montagne

 

 

Vincent Montagne cite Tintin, pour résumer l'année 2013, marquée par « des épreuves et des moments de grâce » et rappelant avec humour « on a les références que l'on peut ». « Le marché devient de plus en plus complexe, voire anxiogène, avec en toile de fond la disparition de grandes imprimeries, des chaînes de distribution qu'étaient Virgin et Chapitre, mais aussi de petits éditeurs », déplore le président du SNE.

 

Parmi les points d'inquiétude, Vincent Montagne énumère « la réduction des budgets publics d'achat de livres, notamment pour l'enseignement, mais aussi la réduction de la lecture publique ». À ce titre, le président du SNE insiste sur le rôle de l'éducation nationale dans l'alphabétisation des Français : « Il faut que l'éducation nationale rétablisse les crédits d'achat de livres scolaires, qui vont diminuer de moitié en 2014. » Des listes de prescription permettraient également, selon lui, d'approfondir « une politique volontariste » qui est celle du Royaume-Uni, et qui explique le succès de la langue anglaise.

 

 


 

 

Ceci n'est pas une contradiction : dans le même temps, le président du SNE s'inquiète de la « remise en cause du droit d'auteur, mais aussi l'élargissement non concerté d'exceptions, en particulier pédagogiques, tout comme l'apparition de nouvelles exceptions ». La directive européenne sur le droit d'auteur, qui envisage de moderniser ce dernier, inquiète également le SNE par son côté unilatéral, et une mise en place « sous la pression d'un certain nombre d'acteurs ». « Sans droit d'auteur, pas de création », rappelle une nouvelle fois le président du SNE.

 

Évidemment, parmi les motifs de reconnaissance, on compte l'accord entre auteurs et éditeurs autour du contrat d'édition à l'ère numérique, mais également la mise en place du plan de soutien à la librairie. Le président du SNE est également confiant, après le soutien explicite de l'Allemagne sur la question, sur l'harmonisation du taux de TVA réduit pour le livre numérique, qui pourrait finalement convaincre la Commission européenne, et ainsi se voir généralisé à l'Europe entière.

 

 


 

 

Visiblement, l'année 2014 sera celle du prêt de livres numériques en bibliothèque, mais également celle d'une politique de la francophonie que Vincent Montagne veut restaurer dans les pays où la croissance est la plus forte, et notamment dans les 7 pays africains où cette croissance est la plus flagrante. « Il faut que les décideurs économiques et politiques réalisent que la culture est un levier de croissance économique », termine-t-il en s'appuyant sur des études publiées récemment.