Défendre les auteurs jeunesse contre des "polémiques inacceptables"

Antoine Oury - 11.02.2014

Edition - Bibliothèques - La Charte - auteurs jeunesse - bibliothèques


Depuis les révélations autour d'une liste de livres jeunesse à faire retirer des bibliothèques, publiée par la blog Le Salon Beige, les réactions ne manquent pas. Celle de la ministre, hier, mais aussi des professionnels et des organisations, comme l'Association des Bibliothécaires Français (ABF) ce matin. La Charte des auteurs et des illustrateurs jeunesse condamne à son tour cette attaque en règle des ouvrages et des établissements. Nous reproduisons leur communiqué dans son intégralité.

 

 

jeunesse

Médiathèque André Malraux, Béziers (charlotte henard, CC BY-SA 2.0)

 

 

La littérature jeunesse s'est récemment retrouvée au cœur de polémiques inacceptables.

 

La Charte tient d'abord à exprimer sa colère de voir des auteurs, illustrateurs, éditeurs, libraires, bibliothécaires, enseignants et blogueurs de littérature jeunesse mis injustement en cause dans différents faits d'actualité touchant aux questions des genres ou de l'égalité fille-garçon. Nous ne pouvons laisser ces appels à la censure et à la haine passer pour des opinions acceptables. Nous ne pouvons excuser l'ignorance de ceux qui portent ces attaques.

 

Nous tenons ensuite à apporter notre soutien à tous ceux qui ont fait l'objet d'accusations, d'intimidations ou d'agressions violentes, absurdes, inadmissibles. Les créations comme les créateurs sont pluriels. Les victimes de ces derniers jours défendent dans leurs pages : tolérance, différence, égalité et ouverture d'esprit. Et chaque lecteur, quel qu'il soit, se doit d'être libre de ses lectures.

 

De tous temps, les dictatures et les régimes les plus autoritaires ont commencé par s'attaquer aux livres, par les accuser, les expurger, puis les brûler. Le fait que des individus, anonymes ou responsables politiques, puissent s'engager sur ce chemin qui les éloigne de la démocratie ne peut être considéré comme anodin. Nous espérons de nos représentants politiques des réponses claires et un soutien ferme dans la tempête au cœur de laquelle notre profession a été malmenée depuis plusieurs semaines.

 

La Charte est engagée pour une littérature de qualité, ouverte à tous les imaginaires. Elle soutient tous ceux qu'une censure injustifiée prend à partie et se tient prête à se mobiliser.

 

Une copie de ce communiqué a été adressée à Aurélie Filippetti, Ministre de la Culture et de la Communication; ainsi qu'à Najat Vallaud-Belkacem, Ministre des Droits des femmes, porte-parole du Gouvernement.