Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

medias

Déficit public : le ministère de la Culture devra économiser 50 millions €

Antoine Oury - 13.07.2017

Edition - Société - ministère Culture - culture déficit public - culture 50 millions


Dans un entretien donné au journal Le Parisien, le ministre de l'Action et des Comptes publics Gérald Darmanin a annoncé un plan de réduction des dépenses publiques à hauteur de 4,5 milliards d'économies sur le seul budget de l'État. Darmanin promet que ni les services publics, ni les minima sociaux, ni les aides aux collectivités ne seront engagés : seules les dépenses de l'État seront réduites.


Euro
(Kārlis Dambrāns, CC BY 2.0)
 

Le ministère de la Culture est celui qui sera le moins sollicité, avec 50 millions d'économies prévues, puisque l'Éducation verra son budget se réduire de 75 millions €, 268 millions € pour le ministère de l'Économie, et jusqu'à 526 millions € au ministère de l'Intérieur et 850 millions € au ministère des Armées, rapporte l'AFP.

 

Les postes d'économies seront strictement liés aux ministères, a promis Gérald Darmanin, avec un objectif de réduction des « trains de vie ». Pour commencer, ce sont près de 200 postes de conseillers qui devraient disparaître, au global, pour économiser 30 millions €. 

 

L'idée derrière ces économies, c'est évidemment l'alignement avec les objectifs de réduction de la dépense publique : la Cour des Comptes a recommandé une baisse de 4 à 5 milliards d'euros des dépenses pour passer sous la barre des 3 % de déficit public avant 2018, un seuil fixé par la Commission européenne. « L'État va donc être exemplaire vu qu'il ne l'a pas été dans la gestion précédente », a précisé Darmanin, égratignant le mandat de François Hollande.

 

« On ne touche pas aux services publics rendus aux Français » a assuré Gérald Darmanin, mais des craintes ont évidemment été soulevées dans l'opposition. « Comment penser que les économies sur le budget de l'Éducation n'auront aucune conséquence sur les enfants et les enseignants ? » s'est interrogée Elsa Faucillon, porte-parole des députés communistes et élue des Hauts-de-Seine. 

 

« Au fond, le vrai sujet est que la France est en train de mourir de sa dépense publique. Je vois que la technique n'a vraiment pas changé. On est au rabot au lieu de se poser des questions de structure », a déclaré pour sa part le président du Sénat, Gérard Larcher (Les Républicains).

 

Pour le ministère de la Culture, rappelons que le budget — un des moins importants de l'État — atteignait 3,6 milliards € pour 2017, soit une hausse de 5,5 % par rapport à 2016. Cette augmentation du budget faisait toutefois suite à deux baisses consécutives, en 2013 et en 2014, de 4 et 2 % respectivement. Par ailleurs, ce type d'annonce, faite en septembre 2016 dans ce cas, est généralement suivi d'un réajustement — souvent à la baisse — à l'occasion de la loi de finances rectificative, quelques mois plus tard.

 

Le ministre Gérald Darmanin a souligné que les 50 millions d'économies ne porteraient que sur la gestion du ministère, et non sur les budgets alloués à la création.