SFL : "Rien ne rentre, rien ne sort. Il faudra que la Fnac nous entende"

Nicolas Gary - 11.09.2015

Edition - Librairies - SFL Fnac - Alexandre Bompard - grève sites


La Société Française du Livre ne démord pas : la nouvelle journée de grève organisée hier, se déroulait sur le site du XIIe arrondissement de Paris. La rue Rottembourg est devenue le nouveau lieu de protestation, et l’ensemble des salariés s’y est retrouvé. Le mouvement se poursuit, « avec une volonté de fer ».

 

 

 

Au petit matin, les salariés de la SFL ont eu le plaisir de découvrir un véhicule de police devant l’établissement. « On arrive à l’apogée pour mater une rébellion pourtant légitime, qui n’est là que pour exprimer ce ras le bol devant l’exploitation et le manque tant de considération que de reconnaissance », nous explique le collectif des salariés. 

 

La manifestation rue de Rottembourg s’est pourtant déroulée dans le calme le plus total. « Depuis le 7 septembre, 80 % des salariés ont débrayé, sur le site de Saint Denis et celui de Paris, contre un projet de déménagement au rabais, de leurs emplois », indique la CGT. 

 

Selon les informations diffusées, que l’enseigne nous avait confirmées, il s’agit avant tout d’une réduction globale des coûts, liés à la filiale du groupe. Dénonçant « un projet inepte », les salariés poursuivent leur mouvement de grève, avec un blocage entamé hier des deux sites. « Les salariés de la SFL en appellent directement à l’intervention de la Direction de la Fnac. Sans réponse pour l’instant et pour imposer une écoute de leurs revendications, ils ont décidé de maintenir la grève. »

 

Forts d’un rapport d’expertise CHSCT qui allait dans leur sens, les salariés ont hier après-midi quitté le site de la rue Rottembourg, pour se rendre à la Fnac Saint-Lazare. « Une manifestation devant les deux entrées de l’établissement a été organisée. » Tracts et pétition étaient de la partie : « Des clients sensibilisés ont même décidé de ne pas entrer dans la Fnac, pour nous témoigner leur solidarité. Le directeur est également venu nous voir, pour témoigner de son soutien. »

 

Dans le même temps, d’autres salariés ont pu rencontrer le maire de Saint-Denis, pour lui exposer la situation. « Il a parfaitement compris ce que nous lui avons exposé. » Nous attendons plus de précisions de la part de la municipalité, que nous ne sommes pas encore parvenus à joindre. 

 

Aujourd’hui, les salariés de la rue de Rottembourg et de Saint-Denis poursuivront leur mouvement, chacun sur son site. Avec un mot d’ordre unique : « Rien ne rentre, rien ne sort. Il faudra que la Fnac nous entende. »

 

Le projet de déménagement prévu par Fnac consiste qui déplacer les employés de Saint-Denis vers un espace à Wissous, impliquant une diminution de l’entrepôt, passant de 2600 à 980 m2. Les salariés contestent alors de déplacement, considérant entre autres qu’il imposera des conditions difficiles à supporter pour se rendre sur le nouveau lieu de travail.

 


Pour approfondir

Editeur : Belles Lettres
Genre : littÉrature...
Total pages :
Traducteur : sophie bastide-foltz
ISBN : 9782251444178

La grève

de Ayn Rand

Pourquoi le monde semble-t-il se détraquer ? Pourquoi, sans raison apparente, un sentiment de désespoir et de frustrations se répand-il partout ? Pourquoi, dans les pires moments, entend-on ce nom, sans visage et sans origine ? Qui est John Galt ? Roman d'énigme, roman philosophique, roman politique, La Grève (Atlas Shrugged) a été traduit en dix-sept langues et est le livre le plus influent aux Etats-Unis après la Bible. Le voici enfin disponible en français.

J'achète ce livre grand format à 30 €