Denis Robert réclame 3,6 millions € à Clearstream

Clément Solym - 14.09.2011

Edition - Justice - journaliste - clearstream - proces


L'affaire est aujourd'hui entendue, alors que les principaux acteurs de l'affaire Clearstream sont désormais jugés. Ce 14 septembre, la cour d'appel de Paris vient de décider de la relaxe de Dominique de Villepin, alors que Jean-Louis Gergorin a été condamné.

Relaxe pour l'un, trois ans de prison (30 mois de sursis) et 40.000 € d'amendes pour l'autre. Finalement, Villepin s'en tire comme prévu, alors que la peine de prison ferme pour Gergorin est légèrement accentuée - en janvier 2010, il avait pris 15 mois ferme.

Denis Robert, le journaliste et écrivain, vient d'être définitivement lavé des accusations que le plaignant portait contre lui. Et à titre de dommage-intérêts, il a réclamé 3,6 millions € à la cour. « C'est un montant qui n'est pas du tout usurpé et qui me semble très cohérent quand on a vécu tout ce que j'ai vécu », explique-t-il.

Selon son avocate, Me Bénédicte Litzler, son client avait subi et enduré un véritable harcèlement depuis 2001, et les multiples plaintes pour diffamation déployées par Clearstream. Denis Robert a « subi incontestablement des préjudices personnels, professionnels, moraux et financiers considérables », ajoute-t-elle.

Du côté de Clearstream, plutôt que de rentrer sagement à la niche, l'avocat s'insurge. Denis Robert se serait « fait une notoriété extraordinaire avec cette affaire », estimant même que le journaliste nourrissait pour cette histoire une véritable obsession. Rappelons tout de même que le 12 décembre 2006, Denis Robert avait été mis en examen, pour « recel de vol » et « abus de confiance ». Il était alors soupçonné d'avoir transmis les listings Clearstream à Lahoud.

Concernant les 3,6 millions €, la cour statuera le 29 novembre.

En février dernier, son éditeur nous avait confié tout le soulagement de voir que son travail d'enquête publié, ne tomberait plus sous le coup de l'interdiction. « C'est la fin de 10 ans d'obstination pour Denis, qui mérite un large coup de chapeau, particulièrement après ce qu'il a enduré. C'est aussi pour nous la confirmation d'un sentiment par rapport à cette enquête et sa qualité. Il est facile d'aller chercher dans des dossiers d'instruction de quoi publier un livre de révélations. Mais obtenir des informations réelles et inédites, dans un milieu difficile et opaque comme celui-ci... » (voir notre actualitté)