Départ à la retraite pour Patrick Bazin, directeur de la BPI

Nicolas Gary - 04.09.2013

Edition - Bibliothèques - Patrick Bazin - BPI - départ à la retraite


Les personnels de la Bibliothèque Publique d'Information, Bpi, accolée au Centre Pompidou, ont été avertis hier que le directeur, Patrick Bazin, allait démissionner. Dans un courrier faisant suite à une réunion générale, il annonce prendre sa retraite début octobre. 

 

 

Mini-Europe Brussels (France)

Bibliothèque Publique d'Information

(Informatique, CC BY SA 2.0)

 

 

« Cette décision, prise il y a plusieurs mois et dont j'avais informé immédiatement le Ministère, tient à des raisons purement privées que j'ai résumées il y a quelques instants », précise le directeur, avec cet ajout : « Dois-je préciser qu'il ne s'agit pas d'une fuite de ma part ou d'une demande du Ministère ? »

 

C'est que les relations entre l'établissement et le ministère de la Culture sont certes courtoises, mais alertée par les syndicats, Aurélie Filippetti était intervenue en retoquant le projet porté par le directeur. En juin dernier, le personnel de la BPI avait envoyé une lettre ouverte à la ministre, dénonçant un management incompatible avec l'exigence portée par l'établissement. 

 

Patrick Bazin ajoute : 

j'ai mis à profit ces derniers mois pour mener à bien, avec vous et avec l'entier accord du Ministère, la finalisation du projet. Le texte de celui-ci est accessible via Axone et le chiffrage de l'OPPIC sera achevé dans 15 jours pour être remis ensuite au MCC.

Nous aurons, bien sûr, l'occasion de reparler ensemble du projet, mais je suis très confiant quant à la volonté du MCC d'accompagner la Bpi.

Je suis également totalement confiant dans l'intérim qui sera assuré, en attendant mon remplacement, par Emmanuel Aziza, ainsi que dans l'engagement et la solidarité de l'équipe de direction et de vous tous. 

Je suis ravi est fier de terminer ma "carrière" à la Bpi. Je suis persuadé que vous partagez tous cette fierté de travailler dans un tel établissement !

 

Notons que le projet évoqué a, selon nos informations, été rejeté à deux reprises déjà par l'intersyndicale, après avoir été présenté en comité technique au mois de juin. Les syndicats refusaient de cautionner ce que l'on nous présente comme « mal pensé et non abouti ». Le projet d'aménagement de l'espace concerne notamment la réalisation d'une entrée commune avec le Centre, la suppression de la cafétéria et la mise en place d'ascenseurs. Cette nouvelle mouture affiche, selon certains, « la volonté principale de faire en sorte que le public reste moins longtemps. Le terme de flux revient souvent ».

 

On nous indique, pour exemple, que la disparition de la cafétéria implique que les usagers n'auraient plus accès au balcon, qui était utile pour les conversations téléphoniques.

 

En revanche, il semble que la politique documentaire, qui ne serait « pas réellement définie », profite de l'arrivée d'une nouvelle personne, pour seconder l'actuel conservateur. « Actuellement on avance à vu. Et la seule préoccupation semble être le désherbage pour que les collections rentrent dans les futurs rayonnages et espaces de la future bibliothèque », nous précise une personne proche du dossier.

 

Quant au départ à la retraite, il semble bien que « le ministère ne voulait pas désavouer le directeur, et s'il ne voulait le remplacer c'est que de toute façon il devait partir d'ici 15 à 18 mois maximum ». Et l'on trouve que le départ « tombe bien pour le ministère, car le nouveau projet qui lui a été remis ne paraît toujours pas satisfaisant ».

 

En tout cas pour le personnel. « Une partie seulement des cadres ont participé à sa réécriture, les plus dévoués... ou les plus ambitieux. » Avis, et ambiance.