medias

Derrière 'Propriété intellectuelle', se camoufle un désir de tromper

Clément Solym - 06.12.2010

Edition - Société - propriété - intellectuelle - stallman


Richard Stallman est connu, et plus vraiment à présenter, dans le monde du Libre. À l'origine du projet GNU et de la licence publique générale GNU, ou GPL, il a participé à la démocratisation du terme Copyleft. Une chose qui résonne fortement avec les derniers événements houellebecquiens... (notre actualitté)

Dans une conférence-rencontre, « Garantir les libertés publiques pour préserver les biens communs », Richard Stallman intervenait sur la notion, la définition et la problématique de l'expression « Propriété intellectuelle ». « Cette chose n'existe pas, voici la confusion », assure-t-il. Et dans ce cas, remplacer le nom ne suffit pas, puisqu'il n'est rien qui soit identifiable à ce que l'expression désigne.

Pour le généticien Albert Jacquard, réagissant à ces propos, l'idée de propriété intellectuelle revient à parler de l'arc-en-ciel. « C'est un objet dont on peut dire "Je l'ai perçu", mais qui n'existe pas. » Et les problématiques liées à cette manifestation interviennent lorsque l'on tente de légiférer sur qui a vu l'arc-en-ciel en premier, à qui appartient-il, etc.

« Autrement, dit, derrière le mot propriété intellectuelle, se camoufle au fond le désir de tromper. »

Au-delà de ce que cette assertion peut avoir de provocant, la vidéo est réellement passionnante... Un entretien réalisé par Libre Accès.





Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.