Des auteurs mis à nu, des lecteurs exposés : Goodreads s'empêtre

Cécile Mazin - 23.03.2015

Edition - International - Goodreads réseau social - relation interactions - auteurs lecteurs


La connexion entre les auteurs et les lecteurs serait l'une des options les plus recherchées sur les réseaux sociaux de lecteurs. À l'écoute de ses utilisateurs, Goodreads a donc choisi d'introduire des options allant dans ce sens. Plutôt que de « Devenir Fan », on propose maintenant de « Suivre l'auteur ». Un changement de paradigme, mais pas que...

 

 

 

 

Les outils de mise en relation sont officiellement destinés à faire interagir au mieux les auteurs et leurs lecteurs, mais, manifestement, les choix génèrent plus de problèmes qu'ils n'en résolvent. 

 

Le Digital Reader constate en effet que les trois options proposées sont réductrices en diable : Fan, Follow et Favorite ne sont guère représentatifs des modalités d'échanges que recherchent – ou peuvent rechercher les lecteurs. D'abord parce que l'interaction est désormais encadrée, de telle sorte que les auteurs sont appréhendés comme des produits, et les lecteurs, des moutons. Ou presque.

 

Ces changements s'inscrivent par ailleurs dans le cadre de l'Author Program, visant à ce que les auteurs s'investissent plus dans le réseau social. Afin de mieux solliciter les auteurs, ces fonctionnalités devraient encourager les uns et les autres à participer. 

 

Bien entendu, les profils d'auteurs décédés ont alors quelque chose d'irréel. Mais on comprend mieux que dans tout cet ensemble, c'est une solution marketing qui se dessine, avec la possibilité de définir mieux encore le profil de chaque lecteur. Et d'opérer les recommandations les plus pertinentes, en s'appuyant sur diverses solutions algorithmiques.

 

Plusieurs utilisateurs ont d'ores et déjà manifesté leur mécontentement, chose peu étonnante : introduire du changement modifie toujours les comportements, et bouscule les habitudes. 

 

Mais ici, l'inconfort et la gêne occasionnés font râler : exposer ouvertement ses affinités avec la littérature érotique, quand le réseau met en relation des proches, des collègues, et ainsi de suite, devient problématique. 

 

Même les auteurs accueillent froidement ces modifications. Ils se plaignent de ce qu'ils n'étaient pas présents sur le site pour être classifiés dans un genre spécifique, mais plutôt pour échanger directement. La publicité générée ne leur convient pas vraiment.

 

« J'écris de la romance érotique et de l'érotisme », explique l'un d'eux. « Il y a des chercheurs, des enseignants, des fonctionnaires parmi mes amis. Voulez-vous sérieusement les exposer ouvertement de cette manière ? Je comprends chacun d'entre eux, qui a décidé de me supprimer de sa liste. »

 

Pas vraiment une réussite, donc...